AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 like a butterfly kissing a child with an eye for the minor key ○ angela

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
falling from cloud nine

Posts : 487
Pseudo : sparkles ; marie
Id card : blake lively ; balaclava
Inscription : 17/08/2016
Age : vingt-huit ans, la soif de vivre.
Civil status : elle l'a perdu, n'étant désormais plus que l'ombre d'elle-même.
Job|Studies + $ : vendeuse en bijouterie de luxe.
Playlist : sleeping at last, all trough the night | alex & sierra, little do you know | edith piaf, la vie en rose | james bay, let it go | ed sheeran, photograph

(we're just a box of souvenirs)
Address: #0000, road | lavandia land
Relationships:
Rp availability: mpotte moi.
MessageSujet: like a butterfly kissing a child with an eye for the minor key ○ angela   Mar 6 Sep - 16:02



( angela hawkins )
28 yo | saleswoman | lavandia lane

prénom|nom angela hawkins. lieu de naissance bardstown, kentucky. nationalité|origine américaine dans l'âme, le sang d'une française dans les veines. situation financière $$$$. son travail à la bijouterie n'étant pas son principal revenu, elle arrive à s'entretenir seule grâce à l'héritage qu'elle a pu toucher ainsi que ses propres économies. statut civil veuve depuis peu. orientation sexuelle les hommes. ambitions|rêves connaitre la vérité, à n'importe quel prix. j'aime faire du sport en regardant une série policière ○ son travail à la bijouterie ○ les journées shopping entre amies ○ sa famille, qu'elle aimerait d'ailleurs voir plus souvent j'aime pas le système judiciaire actuelle ○ les personnes hautaines ○ l'hiver ○ cuisiner traits de caractère souriante ○ émotive ○ dévouée ○ curieuse ○ impulsive ○ féminine ○ méfiante ○ franche  crédits gif@tumblr.


Oh the sleep in your eyes is enough
Let me be there let me stay there awhile

Malgré toutes les épreuves qu’elle a dû traverser récemment, Angela essaye de se montrer courageuse face aux regards des autres. Elle déteste le simple fait qu’on puisse penser qu’elle va mal, inspiré de la pitié ne lui correspond tout simplement pas. | La nourriture thaïlandaise est de loin sa préférée. Avant, elle en mangeait tous les jeudis auprès de James, tous deux enveloppés dans un plaid à discuter de tout et de rien jusqu’au bout de la nuit. | Elle n’a jamais mis les pieds en France, mais rêve de découvrir ce pays dont sa mère lui a tant parlé. Cependant, elle n’a jamais vraiment quitté Roslindale depuis qu’elle s’est installée ici. | Malgré sa nature bienveillante et son sourire permanent, Angela garde un petit caractère en elle qu’elle n’hésite pas à exprimer lorsqu’il le faut. Elle a très souvent eu des interactions avec ses voisins concernant des sujets sensibles, au dépens de ses relations avec ceux-ci. | L’accident de son mari, Angela ne s’en est jamais vraiment remis. Dans le déni total, c’est alors là qu’elle a commencé à douter de ce qui s’est réellement passé ce soir-là. Désormais persuadée que tout ceci n’était qu’un meurtre prémédité, elle est déterminée à découvrir qui a tué son mari, même si cette certitude l’empêche de faire enfin son deuil. | Elle adore les enfants. Elle a toujours rêvé d'en avoir, mais ce fut impossible pour la simple et bonne raison que James était stérile. Désormais, c'est une chose à laquelle elle ne pense même plus, toujours dans l'idée que ce bonheur ne lui est pas destiné.

pseudo|prénom sparkles, marie. âge|lieu de résidence dix plus huit, rhône alpes. avatar blake queen lively. fréquence de connexion everyday, rp le week-end. nature du lien inventé. commentaires|autres  


Dernière édition par Angela Hawkins le Lun 26 Sep - 19:19, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
falling from cloud nine

Posts : 487
Pseudo : sparkles ; marie
Id card : blake lively ; balaclava
Inscription : 17/08/2016
Age : vingt-huit ans, la soif de vivre.
Civil status : elle l'a perdu, n'étant désormais plus que l'ombre d'elle-même.
Job|Studies + $ : vendeuse en bijouterie de luxe.
Playlist : sleeping at last, all trough the night | alex & sierra, little do you know | edith piaf, la vie en rose | james bay, let it go | ed sheeran, photograph

(we're just a box of souvenirs)
Address: #0000, road | lavandia land
Relationships:
Rp availability: mpotte moi.
MessageSujet: Re: like a butterfly kissing a child with an eye for the minor key ○ angela   Mar 20 Sep - 11:07

We have no past we won't reach back,
Keep with me forward all through the night

septembre 2014
Des plans, ils en avaient. Des tas. L’avenir leur appartenait, et Angela n’avait jamais été aussi heureuse. James et elle, c’était comme une évidence, et ça depuis toujours. Comme dans chaque couple, tout n’avait jamais été facile. Mais voilà où ils en étaient aujourd’hui, à déballer tous ces cartons uns à un dans cette immense maison pour laquelle la blonde avait totalement craqué. Elle en était amoureuse, tout autant que James. De cette nouvelle vie qu’ils allaient construire ici, une vie idéale dont ils avaient toujours rêvé. Elle avait les yeux qui pétillaient, et se sentait pousser des ailes. Elle joua nerveusement avec sa bague de fiançailles qui était alors autour de son doigt, celle qui lui avait valu une crise de larmes cinq mois plus tôt. Où est-ce que je fous cette horreur ? Elle se retourna face au brun qui lui tendit une décoration qu’elle avait directement héritée de sa mère, s’exclamant à son tour. Hey, un peu de respect ! C’est très joli. Elle s’en empara et la posa directement au-dessus de la cheminée. Aussitôt fait, James la reprit d’un air de dégoût. C’est hors de question. Elle la regarda d’un air joueur, apercevant un sourire s’immiscer sur le visage de son fiancé également. Elle se jeta sur lui, l’emprisonnant dans ses bras frêles. Elle l’embrassa tendrement, confirmant alors ce bonheur qu’elle ressentait jusqu’au plus profond d’elle. Un amour imprévisible, mais surtout réel. Un amour qui lui avait fait faire face à des émotions dont elle ignorait totalement l’existence. Un amour sincère qui a fait d’elle une femme conquise, et cela, pendant près de six ans. Un amour éternel, auquel elle aurait encore plus savouré la douceur de chaque moment si elle avait su comment son monde allait s’écrouler en un rien de temps.

avril 2016
Un quart de seconde avait alors suffit. Un quart de seconde seulement pour détruire toute une vie. Elle était là, assise sur le divan de la salle à manger. Elle était là, l'esprit submergé par tous ces tracas quotidien que la vie nous impose, qui lui semble alors si futiles au jour d'aujourd'hui. C'était un bruit fracassant qui la déroba de ses pensées. Comme un vieil air de musique dont elle n'arrivait plus à se séparer, chaque minute qu'elle avait vécue ce soir-là retentissait à travers son esprit. La façon dont elle avait accourue près de la fenêtre pour savoir ce qu'il se passait. La manière dont elle s'était précipitée à l'extérieur lorsqu'elle reconnue le pare choc de la voiture qu'elle et son mari venaient alors d'acquérir deux semaines plus tôt. Et puis, elle les vie, tous ses voisins attroupés autour de l'accident comme si tout cela n'était qu'une mise en scène. Tremblante, elle s'avança sans même prendre la peine de mesurer l'ampleur du danger. On l'a retenu, l'empêchant de comprendre ce qu'il venait d'arriver. Non ! Elle se débattait, du mieux qu'elle le put. Elle sentait son cœur s'emballer et des flashs s'immiscer dans tout son être lorsqu'elle aperçut son mari ensanglanté. Un cri strident s'échappa alors de sa gorge, plus sèche qu'elle n'a l'avait jamais été. Un hurlement qui se montrait plus terrifiant encore que l'accident en lui-même et qui fut parlé de lui pendant encore des semaines après cela. Puis elle lâcha prise, se laissant accaparer par ses émotions au sein de l'étreinte qui la détenait fermement depuis peu. Oui, il ne fallut qu'un quart de seconde pour que la vie d'Angela s'effondre. Moins d'une minute pour qu'elle réalise qu'elle allait devoir passer le restant de sa vie sans l'être auquel elle tenait le plus au monde. Moins de cinq pour comprendre que cette fin était alors inévitable et que désormais tout allait être différent.

juin 2016
Elle ouvrit sa boite aux lettres et s’empara des quelques enveloppes blanches qui se trouvaient à l’intérieur. Le nom de James est encore inscrit sur la plupart d’elles, lui rappelant chaque jour un peu plus à quel point son absence lui était insupportable. En parcourant les maintes factures qu’elle avait alors reçues ce jour-là, elle leva la tête en direction de la nouvelle famille qui semblait s’installer à l’autre bout de la rue. Elle dégagea un sourire et s’efforça de leur faire signe en guise de bonjour amical. Elle prit ensuite les fameuses lettres entre ses mains et les déchira de colère sous les regards ahuris des personnes qui l’entouraient. Elle leur jeta un regard froid, persuadée que ses voisins n’avaient rien d’autre à faire de mieux que de la juger en permanence. Deux heures plus tard, Angela était assise sur le siège crasseux du commissariat avec un café entre ses mains. Venir ici était désormais une habitude, et ce ne fut même plus une surprise lorsqu’elle entendit les quelques mots que le commissaire lui répéta une dernière fois. C’était un accident. Ils ne veulent rien entendre. Ils ne veulent pas affronter la vérité, probablement parce qu’elle n’est pas très belle à raconter. Elle se releva doucement de sa chaise, posant son café encore bouillant sur le bureau qui se tenait face à elle. Alors vous ne comptez rien faire ? Vous allez continuer longtemps comme ça ? À rester assis là, et me dire que tout cela était involontaire alors que vous savez tout autant que moi que ça ne l’était pas ! Madame Hawkins, j’ai les mains liées. Elle pouvait sentir la colère s’emparer d’elle à nouveau, et un rire nerveux s’échappa d’elle sans même qu’elle ne s’en rende compte. Vous savez quoi ? Faites ce que vous voulez. Je n'ai pas besoin de vous. Vous me faites perdre mon temps qui d'ailleurs, s'avère plus que précieux étant donné qu'un meurtrier se ballade dans la nature. Elle finissait son discours sur ces quelques mots qui la rendaient fébrile quant à la suite des événements. Elle quitta la pièce, puis le commissariat, sous les regards désapprobateurs qui pesait sur elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
like a butterfly kissing a child with an eye for the minor key ○ angela
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Puccini-Madame Butterfly
» Leaden ButterFly
» Iron Butterfly
» Greg DIAMOND Bionic Boogie (Hot Butterfly Feat L.Vandross)
» Iron Butterfly - In-A-Gadda-Da-Vida

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DWOTG :: - PERSONNAGES - :: • home is the place :: validées-
¦ Pré-liens libres ¦
Ci-dessous, vous trouverez une liste de liens créés par nos membres activement recherchés.