AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 a romantic getaway - julian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: a romantic getaway - julian   Sam 1 Oct - 21:56


If I showed you my flaws, if I couldn't be strong. If I showed you my flaws, if I couldn't be strong. Tell me honestly would you still love me the same?

« Tu me ramèneras quelque chose hein Grace ? S’il te plaît, s’il te plaît, s’il te plaît ? » Ella te regardait avec son regard suppliant alors que tu étais en train de faire ta valise. Julian avait tenu parole et vous avait organisé un week-end rien que tout les deux. Et pour le coup cela allait être dépaysant parce que vous partiez pour Miami. Tu ne pus t’empêcher de sourire alors que tu attrapais ton maillot de bain et un short que tu revins mettre dans ta valise sur ton lit. « Bien sûr que je te ramènerai quelque chose ma puce. Mais ce sera une surprise. » Lui dis-tu avec un clin d’œil avant d’attraper deux robes dans le placard et de demander à Ella : « Laquelle je prends à ton avis ? » La petite fille réfléchit avant de pointer celle de gauche que tu ne tardais pas à mettre dans la valise. Ressortir les affaires d’été alors que le mauvais temps commence à s’installer en ville te faisait du bien. Il te tardait de partir, de passer du temps avec Julian, rien que tous les deux parce que même si tu adorais les enfants et votre vie de famille, vous en aviez besoin c’était indéniable. Une fois la valise prête, tu la fermais avant de descendre dans le salon. Julian avait fait la sienne avant de partir travailler le matin même et ne devait pas tarder à rentrer. Tu remontais dans la chambre d’Ella pour descendre sa valise car vous alliez déposer les enfants chez les parents de Julian. « Tout est prêt pour toi Shaun ? Tu as besoin d’un coup de main ? » Demandas-tu au jeune homme qui était assis dans le canapé le nez dans son livre. Il ne leva pas le nez mais il te dit : « Non c’est bon c’est prêt. » Tu voulais simplement t’assurer que c’était le cas donc tu te contentais d’hocher la tête. Julian ne tarda pas à rentrer et une heure plus tard tout le monde était dans la voiture. Déposer les enfants chez tes beaux-parents fut un moment difficile, particulièrement pour Julian. C’était la première fois qu’il s’éloignait des enfants plus d’une journée et tu savais que c’était difficile. Alors que vous reveniez dans la voiture, tu mis une main sur son bras avant de lui dire : « Tout va bien se passer. Tes parents vont veiller sur eux comme jamais et ce n’est que deux nuits. Nous avons en plus la chance de vivre dans un monde remplit de technologies, on pourra les appeler quand ils nous manqueront trop. » Dis-tu avec un petit sourire en espérant que tes mots calmeraient Julian mais en réalité tu n’en étais pas certaine. Tu essayais de faire au mieux dans une situation qui s’améliorait mais dans laquelle tu prenais encore tes marques. Julian vous conduisit à l’aéroport au milieu d’une conversation sur votre journée et une heure et demie plus tard vous étiez tranquillement assis dans l’avion. Trois heures plus tard vous atterrissiez à Miami avant de monter dans un taxi. Oui c’était le beau milieu de la nuit mais c’était magnifique. Cela faisait longtemps que tu n’avais pas quitté Roslindale. Une fois à l’hôtel, c’est la fatigue de la journée qui vous tomba dessus sans prévenir et vous vous endormîtes à peine le pyjama enfilé.

C’est les rayons du soleil qui te tirèrent de ton sommeil. Un sourire se dessina sur ton visage car les réveils avec le soleil se faisaient rares à la maison. Tu soupirais d’aise alors que tu t’étirais doucement. Déjà tu n’avais qu’une envie, faire un tour à la plage. Mais il fallait se réveiller d’abord. Pour une fois, Julian était toujours à côté de toi et c’était un miracle. Tu déposais un baiser dans son cou avant de le sentir bouger et de lui dire : « Hey toi. » Tu devais sourire comme une idiote mais tu t’en fichais, tu étais heureuse. « Bienvenue à Miami. » Lui dis-tu parce que la veille vous étiez trop fatigués pour réaliser la chose. « On pourra aller à la plage pas vrai ? » Lui demandas-tu parce qu’en plus votre hôtel en avait une privée donc pourquoi se priver ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Posts : 175
Pseudo : Justboy
Id card : Michael Fassbender (lolita lempicka, anaëlle)
Inscription : 26/09/2016
Age : 36 ans
Civil status : veuf, en couple avec Grace Meadows avec qui il ne se comporte pas toujours bien.
Job|Studies + $ : cardiologue en pause, enseignant à la faculté de médecine.
Playlist : josh daniel, jealous | metallica, nothing else matters | josh groban, to where you are | nightwish, sleeping sun | robin thicke, blurred lines | alan walker, faded |

(we're just a box of souvenirs)
Address: #5214, east rafflesia lane
Relationships:
Rp availability:
MessageSujet: Re: a romantic getaway - julian   Sam 1 Oct - 23:44


If I showed you my flaws, if I couldn't be strong. If I showed you my flaws, if I couldn't be strong. Tell me honestly would you still love me the same?

Il avait tenu parole. Il avait fait en sorte d’offrir à Grace un weekend en amoureux, sans les enfants, et c’est presque une première depuis qu’ils se sont installés ensemble. Sa dernière journée de cours de la semaine se termine sans encombre. Apparemment, il est parvenu à presser les élèves ce soir. Ils n’ont aucune question, ils veulent sortir. Qui ne voudrait pas après l’examen qu’il leur a proposé ? Certains sortent en disant qu’ils n’ont rien compris, d’autres disent qu’il est fou, et ça le fait rire. Il n’y a que Josh qui se permet un commentaire à son attention : « Sympa le piège de la question 10 monsieur Ford ! » Il ricane. Lui, il a moyen de devenir un bon médecin. Lui aussi fait ses affaires avec hâte. Il a envie de profiter un petit peu de ses enfants qu’il va quitter tout le weekend. Il court presque jusqu’à la porte pour les retrouver. « Je suis rentré ! » Il s’écrie et claque la porte alors que sa fille et son fils courent jusqu’à lui et il les enlace avec amour et bonheur. « Ma princesse et mon champion ! » Ils savent tous les trois qu’ils vont se passer les uns des autres pendant deux jours et mine de rien, c’est assez dur à vivre. Pourtant, Julian s’efforce de garder le sourire après avoir embrassé ses deux trésors. « Tout le monde est prêt ? Je me change et on part ! » Lança-t-il presque excité à l’idée de partir vers Miami alors qu’il cherchait aussi à cacher sa peine à l’idée de laisser ses enfants. Déposant un baiser rapide sur la tempe de Grace, il partit dans la chambre s’enlever sa chemise et son pantalon de costume pour troquer le tout pour des vêtements beaucoup plus confortables. Quelques longues minutes plut tard, ils avaient tout chargé dans la voiture et ils étaient partis en direction des parents de Julian qui en ce moment avaient à jouer un rôle prépondérant dans la survie du couple de Julian et ils l’avaient bien compris. Mais dire au revoir à ses deux chérubins avait été plus compliqué que prévu. Devant la porte d’entrée il s’était agenouillé à la hauteur de sa fille et cette dernière s’était mise à pleurer, refusant de le voir partir. Shaun, lui avait fait comprendre qu’il avait intérêt à revenir vite parce qu’il lui manquait déjà. Le père des deux enfants n’avait pas pu retenir ses larmes et les avait serrés dans ses bras, changeant presque d’avis à ce moment-là. Mais il s’était finalement relevé les embrassant une dernière fois. « Je vous aime mes petits anges. Je reviens très vite ! Je vous appelle demain. » Ca semblait presque insurmontable pour lui et pourtant, il devait s’y faire. Dans la voiture, il avait pris une profonde inspiration après les mots de Grace. Il noua ses doigts à ceux de Grace, lui souriant à moitié. « Je sais, mais j’ai vraiment pas l’habitude de les laisser autant. Ca me passera. » Et puis ils furent partis. Ils se rendirent à Miami en très peu de temps finalement. L’avion n’avait jamais effrayé Julian et puis il était aux côtés de la belle Meadows, rien ne pouvait les arrêter. Sauf la fatigue peut-être. A peine arrivés à leur hôtel, ils sombrèrent dans les bras de Morphée.
Au petit matin, alors que les rayons du soleil transperçaient les rideaux de la chambre d’hôtel, Julian sentit un baiser au creux de sa mâchoire se déposer et il ouvrit les yeux doucement se délectant de la divine torture que Grace venait de lui proposer en guise de réveil. « Bonjour… Il est plus de dix heures, non ? C’est l’heure de me réveiller ? » Il fait allusion à ce qu’il lui avait dit un jour au sujet de la grasse matinée de ses enfants. Il s’avance vers elle, caressant sa joue bien marquée par le large sourire qui l’habite et prend ses lèvres en otages. Finalement, ce n’est pas si dur de profiter d’un weekend à deux. Tout ce qu’il a à faire, c’est se concentrer sur elle et oublier un instant sa condition d’assassin. Ils étaient à Miami. Il le réalisait à peine. Encore groggy, à moitié endormi, Grace semblait elle d’attaque à profiter de la journée dès la première seconde. Se rallongeant comme une masse dans le lit, Julian proposa innocemment : « On peut d’abord se commander un petit déjeuner au lit, on est à Miami après tout ? » Ils auraient tout le temps de profiter de la plage ensuite, ils pourraient jouer les touristes et se baigner et même aller manger dans un super resto. Entre temps, il n’oublierait pas d’appeler Ella et Shaun, évidemment. Ils lui manquaient, mais à voir Grace respirer le bonheur, il se disait qu’il pouvait bien se passer de ses enfants pendant quelques jours malgré tout.


_________________
Baby I'm not made of stone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: a romantic getaway - julian   Dim 2 Oct - 9:24


If I showed you my flaws, if I couldn't be strong. If I showed you my flaws, if I couldn't be strong. Tell me honestly would you still love me the same?

Ce week-end, tu n’y avais pas vraiment cru. Tu savais à quel point Julian avait du mal à se séparer de ses enfants et tu ne lui en voulais pas mais tu n’avais jamais pensé que vous alliez réellement le faire. Tu étais ravie que cela soit le cas cependant parce que vous en aviez besoin. Depuis quelques temps tu avais l’impression que vous ne définissiez votre rôle dans le couple qu’à travers les enfants. Même si tu les aimais de tout ton cœur, tu avais besoin de te retrouver avec Julian, de reconstruire une sorte d’intimité qui avait tendance à s’estomper depuis que vous viviez ensemble alors qu’il y avait tellement d’autres choses à gérer. Le fait d’être à Miami vous permettait d’être aussi sur un terrain neutre, un terrain où Elizabeth n’avait pas marché. Cela te rassurait parce que cela voulait dire que vous pouviez construire quelque chose à vous, rien qu’à vous pour une fois. Te réveiller aux côtés de Julian était quelque chose d’assez rare. Pas parce que vous faisiez chambre à part à la maison mais parce qu’il avait un sommeil agité et que les grasses matinées il ne connaissait pas réellement cela. Alors quand tes yeux se sont ouverts et que tu l’as vu à côté de toi, tu ne pouvais qu’être heureuse. Déjà parce que cela voulait dire qu’il devait avoir plutôt bien dormi et aussi parce que cela t’avait manqué. Sa présence à tes côtés te donna la possibilité de le réveiller avec un baiser dans le cou. Tu ne pouvais nier que tu espérais que ce week-end ne ferait pas renaître une simple intimité sentimentale. Tous les deux, loin de tout, tu espérais que vous pourriez réapprendre à connaître le corps de l’autre et les plaisirs qui l’animaient. C’était étrange en réalité parce que vous aviez tout le temps du monde durant ce week-end. Vous n’aviez rien prévu à l’avance, tout devait se décider au jour le jour, heure après heure. Toi ce que tu voulais c’était simplement aller faire un tour sur la plage. « Bonjour… Il est plus de dix heures, non ? C’est l’heure de me réveiller ? » Un sourire en coin apparut sur ton visage. Oui, c’était l’heure de se réveiller si vous vouliez profiter un peu de la journée. « C’est l’heure en effet monsieur la marmotte. » Ne pus-tu t’empêcher de dire pour le taquiner un petit peu. Tu étais contente qu’il ait bien dormi, c’était rare quand vous étiez à la maison. Toute excitée, tu demandais à Julian si vous pouviez aller à la plage mais ce dernier te fit une proposition bien plus alléchante : « On peut d’abord se commander un petit déjeuner au lit, on est à Miami après tout ? » Feignanter au lit n’était pas quelque chose que vous faisiez beaucoup à la maison parce que c’était impossible. Si les enfants étaient debout avant vous, ils venaient vous réveiller, sinon vous descendiez tout préparer pour leur réveil ou pour votre travail. « Je ne dis jamais non à un petit déjeuner au lit. » Dis-tu un sourire sur les lèvres avant de déposer ces dernières sur les lèvres de Julian. Tu te blottis ensuite contre lui avant de lui dire : « Merci pour ce week-end. Je sais que ce n’est pas facile pour toi mais merci. » Tu ne pouvais pas ne pas le remercier, tu voulais lui montrer que tu savais apprécier ce geste qu’il avait fait envers toi. Te détachant de lui, tu allais attraper le téléphone de l’hôtel sur la table de nuit avant de taper le numéro du service de chambre et de commander deux petits déjeuners. « Et voilà, ils seront là dans quinze minutes. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Posts : 175
Pseudo : Justboy
Id card : Michael Fassbender (lolita lempicka, anaëlle)
Inscription : 26/09/2016
Age : 36 ans
Civil status : veuf, en couple avec Grace Meadows avec qui il ne se comporte pas toujours bien.
Job|Studies + $ : cardiologue en pause, enseignant à la faculté de médecine.
Playlist : josh daniel, jealous | metallica, nothing else matters | josh groban, to where you are | nightwish, sleeping sun | robin thicke, blurred lines | alan walker, faded |

(we're just a box of souvenirs)
Address: #5214, east rafflesia lane
Relationships:
Rp availability:
MessageSujet: Re: a romantic getaway - julian   Dim 2 Oct - 23:17


If I showed you my flaws, if I couldn't be strong. If I showed you my flaws, if I couldn't be strong. Tell me honestly would you still love me the same?

Ca faisait bizarre de se réveiller dans un autre lit que le sien. Encore plus bizarre de se dire qu’il n’irait pas réveiller ses deux petites têtes blondes – bien que Shaun soit châtain – et ça lui nouait le cœur. Toutefois, il se sentait presque soulagé d’évoluer ailleurs, dans une autre ambiance, loin de cette culpabilité qui le rongeait et le détruisait. Miami faisait office de renouveau. Parce que c’était ici qu’il allait tenter de mettre de l’ordre dans sa vie, oublier les maux et se concentrer sur le positif, sur l’avenir. Et son avenir, c’était avec Grace qu’il l’envisageait. Malgré tout ce qu’il lui avait fait subir, Julian savait pertinemment que c’était elle qui saurait panser les plaies de son cœur pour lui redonner foi en la vie. Il n’a qu’à la regarder comme en ce moment-même, conquis par son sourire, ses mots, ses plaisanteries. Elle n’est pas seulement belle, elle illumine ses jours de sa personnalité. C’est un vrai soleil. Il faut être bien téméraire pour avoir supporté Julian de mauvaise humeur, lunatique au possible, parfois mesquin, mais surtout très vulnérable. Ca faisait deux ans qu’elle attendait de le retrouver comme il l’était avant l’accident et le décès de sa femme. Les choses étaient peut-être en bonne voie. Il sourit à la taquinerie de la jeune femme. « Pour une fois que je dors bien ! Peut-être que l’air de Miami me convient mieux ! On devrait peut-être déménager. » Il ne s’agit là que d’une plaisanterie en retour, et aussi surprenant que ça puisse paraitre, le sourire qu’a esquissé Julian ne semble plus disparaitre. Il était conquis. Pour une fois, il se sentait bien et même s’il songeait à Shaun et Ella, il était fier d’avoir soumis l’idée de passer du temps à deux. Un nouveau baiser et Julian ne détache pas son regard des yeux de la rouquine, avant de replonger sur ses lèvres et de la titiller entre deux baisers : « Gourmande ! J’ai pas eu l’occasion de te le faire la dernière fois. » Il lui rappelait qu’elle avait fait foirer son plan même si ça n’avait été pour le coup qu’une partie remise. Enlaçant le corps de la jeune femme de son bras, ses doigts vinrent caresser la peau de la jeune Meadows alors qu’il lui avouait : « Ce n’est pas une corvée Grace, je le fais avec plaisir. » Il ne veut pas de ses remerciements. Tout ce qui lui importe, c’est qu’elle soit heureuse. Malgré tout, en fixant le mur, il continue ses révélations. « Mes enfants me manquent, mais je ne partage pas ma vie qu’avec eux. » Sous-entendu qu’elle est là pour une raison. Elle fait partie de sa vie, bien que le décès de Lisbeth soit difficile à accepter. Parfois, il se pose la question, se demandant ce qu’ils seraient devenus l’un pour l’autre si Elisabeth était encore en vie et que Grace avait quand même recroisé sa route. Serait-elle tombée amoureuse ? L’aurait-elle invité à boire un café ? On pouvait lui dire qu’on aime qu’une fois véritablement, mais ce qu’il ressentait pour Grace c’était bel et bien vrai et ses sentiments bien que peu visibles étaient bien présents. Perdu dans ses pensées il est vite tiré de ses songes par la voix de sa petite-amie qui lui indique qu’ils vont devoir patienter un petit quart d’heure. Il relativise en haussant les épaules. « Ca nous laisse le temps d’émerger. » Il doit avoir une tête d’enterrement à ce moment. Il avait bien besoin de sommeil, mais il est loin d’avoir rattrapé toutes ses mauvaises nuits. S’extirpant d’entre les draps, le trentenaire s’approche de Grace se plaçant dans son dos et l’enlace, déposant de multiples baisers sur ses épaules puis dans son cou jusqu’à lui souffler de façon anodine : « Est-ce que Shaun se comporte mieux avec toi ? » Il a eu une grande discussion avec son fils. Il y a eu des larmes, une grosse engueulade, une colère noire du petit garçon mais aussi des moments plus touchants, une confiance presque retrouvée et une promesse. Mais certaines choses resteraient un secret partagé entre père et fils. Au fond, Shaun n’avait fait que mettre des mots sur les maux qui le rongeaient et comme le disait Grace, il ressemblait beaucoup à son paternel. Mais il espérait que ce dernier ferait des efforts pour faciliter la tâche de la jeune femme qui n’avait pas démérité.


_________________
Baby I'm not made of stone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: a romantic getaway - julian   Lun 3 Oct - 19:38


If I showed you my flaws, if I couldn't be strong. If I showed you my flaws, if I couldn't be strong. Tell me honestly would you still love me the same?

C’est vrai, tu avais sauté quelques étapes dans la vie d’un couple. En général il y a les premiers temps où tout est rose et tout va bien et puis il y a la routine et puis les enfants et il faut trouver comment continuer à faire fonctionner le couple avant que les enfants ne partent et qu’un autre challenge ne s’installe. Avec Julian tu étais de suite rentré avec les mains dans le cambouis. Il y avait eu les enfants et puis il y avait la perte de sa femme. Et toi tu étais au milieu de tout cela à essayer de tous les aider en retrouvant ta place. Il y a quelques temps, tu n’avais pu t’empêcher de penser que tu étais à bout, que tu ne pouvais pas continuer à vivre ainsi. Et c’était vrai, tu ne pouvais pas continuer comme ça. Mais les choses avaient changé. Julian avait compris que ce n’était plus vivable pour toi et qu’il fallait qu’il fasse des efforts. Tu ne lui demandais pas la lune, tu ne lui avais jamais demandé cela mais juste des petites choses. Et peut-être qu’à travers ces petites choses il se retrouverait lui aussi un peu. Allongée dans ce lit aux côtés de Julian alors que le soleil de Miami venait vous réveiller, tu avais espoir que les choses allaient bien se passer. Que tu avais eu raison de garder l’espoir et que les choses s’annonçaient bien. Ce week-end commençait déjà à merveille car Julian était toujours au lit. Une nuit de sommeil loin de la maison qui n’était pas agitée, c’était réellement un miracle. Alors oui, heureuse tu l’étais et tant pis si cela se voyait trop, tu n’avais aucun mal à l’assumer. « Pour une fois que je dors bien ! Peut-être que l’air de Miami me convient mieux ! On devrait peut-être déménager. » Tu laissais échapper un petit rire. Déménager ? Tu n’en avais certainement pas plus envi que Julian mais en effet, s’éloigner de Roslindale semblait avoir des effets bénéfiques sur son sommeil, tu espérais que cela en aurait sur votre couple aussi. « Tu pourras refaire la grasse matinée demain matin. » Lui dis-tu avec un clin d’œil. Vous étiez en week-end en amoureux, un week-end pour se détendre alors autant vous faire plaisir. Car même si Julian dormait bien à la maison, les grasses matinées n’étaient pas nombreuses avec les enfants qui finissaient toujours par se réveiller vu que l’heure du coucher pour eux n’était pas très tardive. « Gourmande ! J’ai pas eu l’occasion de te le faire la dernière fois. » Tu souris à ce souvenir même si cette matinée avait été plus désastreuse que drôle. Elle avait été importante cependant, elle avait été nécessaire et tu ne regrettais pas d’en être passé par là. Pour toi, mais aussi pour Julian qui ne pouvait pas nier qu’aborder ces sujets était la chose à faire pour avancer. « Je suis certaine que tu te rattraperas. » Lui dis-tu en déposant un nouveau baiser sur ses lèvres. Désormais, tu n’avais plus envi de te retenir. Tu n’avais plus envi de te demander si tu avais le droit, si tu pouvais le faire. Tu n’en rajoutais jamais devant les enfants mais un baiser volé de temps en temps ne peut que faire du bien non ? « Ce n’est pas une corvée Grace, je le fais avec plaisir. Mes enfants me manquent, mais je ne partage pas ma vie qu’avec eux. » Ces mots te touchèrent. Tu étais heureuse que Julian veuille réellement être là. Tu te dis que peut-être que c’était le début pour lui de l’acceptation que sa femme n’était plus là. Tu n’étais pas naïve, tu savais qu’il faudrait plus que cela et tu ne voulais pas la remplacer. Tu n’étais pas Elizabeth de toute manière mais cela ne te dérangeait pas d’en parler. « C’est vrai. Cela n’empêche pas que tu sois un vrai papa poule. » Dis-tu avec un sourire taquin sur les lèvres. Cela te faisait en réalité plaisir que Julian soit si proche de ses enfants, les aime tant. Ils s’aiment tous les trois, c’est indéniable et c’est beau à voir. Tu ne tardes pas à commander le petit déjeuner car plus vite il est commandé, plus vite il arrive. Tu acquiesces à la remarque de Julian avant qu’il ne vienne placer ses mains autour de ta taille et qu’il ne dépose des baisers sur tes épaules. Tu soupires d’aise, un sourire sur les lèvres alors qu’il te demande : « Est-ce que Shaun se comporte mieux avec toi ? » Tu sais que les deux hommes de la maison ont eu une discussion. Julian te l’a dit et l’attitude de Shaun a changée. Il a dû comprendre qu’il ne pourrait plus faire la loi désormais, qu’il avait un père qui ne lui passerait pas tout et n’importe quoi. « Il ne dit plus rien maintenant, il observe. Cela va prendre du temps Julian mais il ne fait plus de remarques désobligeantes. » Dis-tu parce que c’était un réel mieux pour toi. Tu pouvais accepter le silence de Shaun, ses remarques blessantes beaucoup moins. « Je pense que ça lui a fait du bien, à toi aussi d’ailleurs. Je l’ai vu aider Ella pour ses devoirs il y a quelques jours et accepter de jouer à la poupée avec elle. Cela faisait un moment que ça n’était pas arrivé. » Dis-tu un sourire sur les lèvres. « Et toi qu’est-ce que tu en penses ? » Tu te doutais que Julian avait dû prendre sur lui pour avoir cette discussion douloureuse avec son fils mais tu espérais qu’il y avait trouvé quelque chose de bénéfique. 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Posts : 175
Pseudo : Justboy
Id card : Michael Fassbender (lolita lempicka, anaëlle)
Inscription : 26/09/2016
Age : 36 ans
Civil status : veuf, en couple avec Grace Meadows avec qui il ne se comporte pas toujours bien.
Job|Studies + $ : cardiologue en pause, enseignant à la faculté de médecine.
Playlist : josh daniel, jealous | metallica, nothing else matters | josh groban, to where you are | nightwish, sleeping sun | robin thicke, blurred lines | alan walker, faded |

(we're just a box of souvenirs)
Address: #5214, east rafflesia lane
Relationships:
Rp availability:
MessageSujet: Re: a romantic getaway - julian   Lun 3 Oct - 23:38


If I showed you my flaws, if I couldn't be strong. If I showed you my flaws, if I couldn't be strong. Tell me honestly would you still love me the same?

Grace c’est comme un phare en pleine tempête. Cette femme mérite qu’on s’acharne à lui décrocher la lune quitte à s’écorcher en chemin. Il avait mesuré depuis le début, la chance qu’il avait de l’avoir rencontrée et surtout de l’avoir vue s’enchainer à lui, séduite par son côté meurtri ou par son attachement immuable à sa famille, il ne savait pas, mais en tout cas, c’était sur lui qu’elle avait jeté son dévolu. La peur de la perdre s’était faite sentir lors de leur dernière dispute en date. Et il était hors de question que cela arrive. Sans elle, il serait à la dérive. C’est elle qui l’a ramassé à la petite cuillère. C’est elle qui lui a redonné espoir, c’est elle le pilier de leur couple, de leur famille alors qu’elle n’est qu’une pièce rapportée tardivement. Mais elle est la pièce manquante du puzzle. A travers ce weekend, il cherchait à lui prouver qu’elle comptait à ses yeux, mais pas seulement. Intérieurement, il voulait aussi ressentir, appréhender des sentiments, des sensations qu’il avait enterrés avec Elisabeth. S’il aimait Grace, il ne s’était jamais réellement abandonné à elle, à l’amour qu’il éprouvait et qu’il cherchait à dissimuler derrière sa tristesse, ses blessures. L’ancien cardiologue cherchait à se forger une carapace pour éviter de souffrir à nouveau, sauf qu’il ne pourrait vivre entièrement s’il ne tentait que de survivre. Aujourd’hui, il était en recherche de lui-même, mais aussi de leur connexion propre. Il suffisait de regards, de rires, de complicité, tout simplement. « J’espère ! » S’enquit-il en souriant. Julian n’a jamais eu le sommeil très lourd, sa profession l’exigeant. Toutefois, il passait régulièrement des nuits blanches depuis deux ans et ça l’avait entrainé dans une mauvaise spirale de laquelle il peinait à se sortir. Mais l’électrochoc semblait avoir eu raison de ce cercle vicieux. S’il ne savait pour combien de temps, il l’appréciait bien volontiers, tout comme le baiser que Grace lui offrait généreusement. Ils se cachaient presque des enfants, parce que Julian ne voulait pas que ces derniers croient qu’il remplaçait leur mère et que le décès d’Elisabeth ne l’affectait pas, lui qui trainait une plaie béante pour l’éternité. Peut-être ne parlait-il pas assez de sa défunte femme, mais il ne parvenait pas à extérioriser outre mesure. L’évocation d’un trait de caractère le concernant, lui qui était plus que protecteur envers ses enfants, et plus encore depuis la mort d’Elisabeth, le replongea dans des souvenirs aussi heureux que douloureux. Il se souvient encore de la naissance de Shaun. Il bossait déjà à l’hôpital pour sa deuxième année d’internat. Il se souvenait être arrivé en courant, après s’être excusé auprès de la petite mamie qui lui racontait sa vie en attendant la venue de sa fille et il avait accouru au bloc, bousculant presque tout le monde pour soutenir Liz. Quand Shaun était arrivé, c’était avec émerveillement que son père avait posé les yeux sur ce petit être, et il n’avait plus voulu le lâcher. Un amour infini était né. « J’ai su que je le serais le jour de la naissance de Shaun, quand je l’ai pris dans mes bras pour la première fois. » On sent encore toute l’émotion qui s’en dégage. Il pouvait encore voir le sourire exténué d’Elisabeth et ses larmes, fière de ce qu’elle avait accompli. Son fils avait bien grandi, mais il resterait à ces yeux, ce petit bout de chou qui avait fait son apparition dans leur famille onze ans auparavant. Grace avoue alors à son compagnon que son fils a légèrement adapté son comportement. Si Julian est rassuré de voir que la discussion n’a pas servi à rien, il note que les progrès sont maigres, mais il sait qu’il ne peut pas lui en demander plus pour le moment. « C’est déjà mieux… Ca a été difficile de lui faire comprendre, mais j’espère qu’il continuera dans ce sens. Au moins qu’il te laisse tranquille. »Il se souvient encore des mots durs de son fils, lorsqu’il lui soutint qu’il avait l’impression que son père aimait plus cette femme que sa mère et qu’il aurait préféré que son père finisse sa vie seul. Quand Julian lui avait avoué que s’il avait fini sa vie seul, il se serait séparé de ses enfants parce qu’il n’aurait pas eu la force de continuer, Shaun avait compris à quel point il souffrait et que s’il tenait encore debout c’était grâce à Grace, mais aussi parce qu’il les aimait et qu’il s’efforçait de tenir bon pour eux. Alors il avait promis qu’il ferait des efforts, du mieux qu’il pouvait. Grace avait raison, cette discussion avait eu un impact positif sur les deux hommes. Shaun était fier de l’état de la tombe de sa mère qui était la mieux entretenue de tout le cimetière, mais il s’était aussi mis à pleurer dans les bras de son père en observant la photo de leur famille. Il avait dit : « J’aurais voulu ne pas aller à l’école ce jour-là. » Et Julian avait compris. Shaun associait sa présence à l’école avec l’accident de sa mère comme son père associait son erreur à la mort de sa femme. Shaun ne détestait pas Grace, Shaun associait Grace à la perte de son passé. Aussi, il avait proposé à son fils de voir un pédopsychiatre, mais ce dernier avait décliné. L’anecdote que raconta Grace sur son fils le surprit. Il n’avait jamais prêté attention à ce genre de détails. Shaun renouait également avec sa sœur. « C’est vrai. Pour moi ça me semblait normal qu’il ne joue plus avec elle, car il est plus âgé, mais peut-être que j’aurais dû y faire plus attention… » Si Shaun se mettait à jouer avec Ella, alors c’est qu’il acceptait de vivre. « Je pense que j’aurais dû avoir cette discussion avec lui il y a longtemps. J’ai appris beaucoup de choses… » Indique-t-il en regardant dans le vide, jusqu’à ce qu’il entende frapper à la porte, se présentant comme le service de chambre. Se levant d’une traite, il alla ouvrir pour récupérer leur festin qu’il apporta immédiatement au lit. « Regarde-moi ça ! A côté, mes gaufres font pâle figure ! » Et il rejoignit de nouveau sa petite-amie dans le lit, content de pouvoir se remplir l’estomac qui criait famine. Immédiatement, il attrapa de la chantilly sur sa gaufre pour en mettre sur le nez retroussé de Grace, s'amusant comme un enfant.


_________________
Baby I'm not made of stone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: a romantic getaway - julian   Mar 4 Oct - 11:02


If I showed you my flaws, if I couldn't be strong. If I showed you my flaws, if I couldn't be strong. Tell me honestly would you still love me the same?

C’était un vrai plaisir de te retrouver seule avec Julian. Tu profitais de ce moment d’intimité loin des enfants. Tu aimais votre vie de famille mais tu aimais faire une pause des fois. Tu étais persuadée que passer du temps loin des enfants serait bénéfique pour Julian comme pour les enfants. Depuis la mort d’Elizabeth, ils ne s’étaient pas quittés, se reposant les uns sur les autres. Mais ce n’était pas spécialement une bonne chose. Il fallait que les enfants puissent apprendre à couper le cordon et que Julian fasse confiance aux autres et en la vie car il n’y avait aucune raison qu’elle lui enlève ses enfants. Oui la vie était fragile et vous pourriez mourir à tout moment, chacun d’entre vous mais il n’y avait aucune raison que cela soit le cas aussi. Alors tu étais contente que tout se passe bien. Vous appelleriez les enfants plus tard dans la matinée et connaissant les parents de Julian, tu ne doutais pas qu’ils avaient prévu de gâter leurs petits enfants pour ce week-end. Tu avais été ravie de voir que Julian avait pu dormir correctement pour une fois et tu espérais qu’il pourrait mieux dormir lors de votre retour à Roslindale. Surtout pour lui parce qu’il ne pouvait pas récupérer correctement s’il ne dormait pas. Et même s’il était habitué à peu dormir grâce à son métier de cardiologue, comme tout être humain il devait dormir des fois. Tu lui promis une grasse matinée le lendemain cependant parce que c’était un peu des vacances pour vous et en vacances il ne faut pas se priver. Traîner au lit était quelque chose que vous ne faisiez pas vraiment mais c’était agréable. Lovée dans les bras de Julian, tu profitais de ces moments d’intimité alors que vous parliez de tout et de rien, profitant de votre bonne humeur, de ce moment que tu espérais rien ne viendrait gâcher. « J’ai su que je le serais le jour de la naissance de Shaun, quand je l’ai pris dans mes bras pour la première fois. » Un sourire se dessina sur ton visage. L’amour que Julian avait pour ses enfants était indéniable. Il t’avait toujours impressionné et le fait qu’il prenne toujours la défense de Shaun ne t’avait pas réellement surpris même si cela t’avait blessé. En entendant Julian parler de la naissance de ton fils, tu ne pus t’empêcher de penser au fait que tu espérais avoir un enfant à toi un jour. Tu aimais profondément ceux de Julian, même Shaun que tu avais toujours compris au fond et que tu avais essayé d’aider. Mais avoir un enfant, le porter en toi pendant neuf mois était quelque chose que tu voulais profondément. Cependant, tu n’étais pas certaine que ce soit le moment d’en parler à Julian. Un jour peut-être, un jour tu aurais le courage d’en parler. « Ce sont des jours uniques je n’en doute pas. » Tu ne pouvais pas dire que tu l’avais vécu cependant. Mais tu pouvais toujours voir l’émotion de cette journée dans les yeux de Julian. La conversation se tourna ensuite vers Shaun et l’évolution de son comportement depuis la soirée où tu avais laissé les hommes entre eux. Ils en avaient eu besoin c’était indéniable mais vous n’aviez pas eu encore trop l’occasion d’en parler. Tu avais vu du changement dans l’attitude de Shaun. Avec toi c’était le silence qui dominait aujourd’hui. Tu savais que vous ne seriez pas les meilleurs amis du monde de suite mais c’était sans doute un progrès. « C’est déjà mieux… Ca a été difficile de lui faire comprendre, mais j’espère qu’il continuera dans ce sens. Au moins qu’il te laisse tranquille. » Oui, cela avait dû être compliqué de faire comprendre les choses à Shaun. Il n’avait qu’onze ans après tout alors c’tait normal qu’il se laisse porter par ses sentiments plutôt que sa raison. Dans sa tête tu ne devais pas être associé à quelque chose de très positif mais tu essayais de changer tout cela. « Ca va aller mieux Julian. Je n’en doute pas. Shaun est juste un enfant qui souffre mais tu lui as montré que tu étais là, c’est l’essentiel. On trouvera un équilibre. » Optimiste tu l’avais toujours été. Tu pensais profondément que Shaun et toi alliez trouver un équilibre dans les mois à venir. Il t’observait avec Ella sans relâche. Il attendait que tu fasses une erreur tu le savais mais tu voulais lui montrer qu’il n’était pas le seul à faire des efforts. A chaque fois que tu le pouvais tu lui tendais la main et un jour tu espérais qu’il la prendrait. « C’est vrai. Pour moi ça me semblait normal qu’il ne joue plus avec elle, car il est plus âgé, mais peut-être que j’aurais dû y faire plus attention… Je pense que j’aurais dû avoir cette discussion avec lui il y a longtemps. J’ai appris beaucoup de choses… » C’est vrai que Shaun était plus âgé mais cela ne voulait pas dire qu’il ne devait plus jouer avec sa sœur. Tu étais ravie de les voir jouer ensemble, discuter un peu. Parce que c’était un premier pas pour Shaun. Sa sœur c’était une cible facile pour se relancer et tu savais que cela faisait plaisir à Ella. « L’essentiel c’est que tu l’aies eue. Désormais tu vas pouvoir mieux l’aider j’en suis certaine. » S’il comprenait mieux Shaun il pourrait l’aider à avancer et tu seras là pour l’aider s’il en a besoin parce que ce n’est pas facile quand lui aussi est en train de gérer son deuil. On frappa à la porte et Julian alla chercher votre déjeuner qui était plus que copieux mais qui avait l’air délicieux. « Regarde-moi ça ! A côté, mes gaufres font pâle figure ! » Tu laissais échapper un petit rire quand Julian te mit de la chantilly sur le nez et tu ne tardais pas à retourner le geste. « Mais les tiennes sont faites avec amour. » Dis-tu avant d’attraper une fraise. Tu adorais ces fruits c’était plus fort que toi. Tu bus aussi une gorgée de jus d’orange pour commencer. « On va couler si on mange tout ça. » Dis-tu pour plaisanter. 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Posts : 175
Pseudo : Justboy
Id card : Michael Fassbender (lolita lempicka, anaëlle)
Inscription : 26/09/2016
Age : 36 ans
Civil status : veuf, en couple avec Grace Meadows avec qui il ne se comporte pas toujours bien.
Job|Studies + $ : cardiologue en pause, enseignant à la faculté de médecine.
Playlist : josh daniel, jealous | metallica, nothing else matters | josh groban, to where you are | nightwish, sleeping sun | robin thicke, blurred lines | alan walker, faded |

(we're just a box of souvenirs)
Address: #5214, east rafflesia lane
Relationships:
Rp availability:
MessageSujet: Re: a romantic getaway - julian   Mar 4 Oct - 23:09


If I showed you my flaws, if I couldn't be strong. If I showed you my flaws, if I couldn't be strong. Tell me honestly would you still love me the same?

Si Julian avait du mal à accorder sa confiance aux gens pour la garde de ses enfants, ça ne datait pas d’hier. Il se souvenait encore des maigres disputes avec Elisabeth au sujet de la garde des enfants quand tous les deux travaillaient. Il ne faisait confiance qu’en leurs parents respectifs sauf qu’Elisabeth refusait de leur confier sans arrêt les enfants car elle craignait de les priver de leurs moments à eux. Mais à chaque fois qu’elle trouvait une nounou, Julian la renvoyait en disant qu’il mènerait les enfants à l’hôpital avec lui. Sauf qu’il en était hors de question. L’hôpital n’était pas la place idéale pour un enfant. Shaun finissait toujours par aller chez ses grands-parents. Julian avait pourtant été plutôt en compétition avec son frère cadet par le passé et avait pu manquer d’altruisme, mais dès qu’il s’agissait de ses enfants, ils étaient la priorité numéro un. Rien n’était trop pour eux. Il était prêt à faire n’importe quel sacrifice pour eux. D’ailleurs, il avait au début songé à quitter Grace parce que ça ne passait pas avec Shaun, mais il s’était vite rendu compte que ce n’était pas du fait de Grace et qu’elle cherchait à arrondir les angles sans arrêt. Passer à côté d’elle aurait été dommage. « Si j’ai pas fait que des choses bien dans ma vie, mes enfants sont les meilleures choses qui me soient arrivées. » Il ne se rend pas compte qu’en parlant de ses enfants, il peut blesser la jeune femme qui ne connait pas le bonheur d’être maman. C’est un problème non-négligeable auquel il n’a pas encore songé. Il y aura forcément un moment où la jeune Meadows voudra aborder le sujet. Il est normal pour une femme de désirer des enfants. Si Julian était heureux d’en avoir deux, il ne savait pas s’il se sentait capable d’en avoir un dernier, ni comment ses enfants l’accueilleraient dans la famille. Il était encore en âge de s’occuper correctement d’un bambin, mais avec ce qu’il avait traversé, il ne savait pas s’il aurait la force de le supporter dans un futur proche. Et pourtant, il savait déjà qu’il ne s’opposerait pas à l’envie de Grace d’avoir un enfant. Sauf qu’il se demandait presque si elle s’imaginait en avoir un avec lui. Se tirant de ses songes momentanés, il reprend son explication sur la discussion qu’il avait eue avec son fils ainé. « Je lui ai proposé d’aller consulter, mais il n’a pas voulu. J’ai pas insisté, il a dit qu’il allait essayer de se faire des amis et d’éviter de se battre aussi, mais je sais pourquoi il se bât. J’irais voir le proviseur. » Plusieurs gamins l’appelaient ‘NoMom’ parce qu’il avait inscrit sur sa fiche de renseignements qu’il n’avait pas de maman. Ca avait fait rire tout le monde et les gamins l’avaient surnommé ainsi, sauf qu’il ne le supportait plus. Il soupire. Il a promis à Grace de passer un weekend en amoureux et il ne cesse de parler de ses enfants. Se passant la main sur le visage, il s’excuse. « Parlons d’autre chose que de Shaun, je suis pas venu ici pour te pourrir le weekend ! » Il s’occuperait de lui à son retour. Il est temps de se distraire, de profiter, de trouver cette connexion qui s’était faite dès leur nouvelle rencontre par le biais de Franck il y a plus de deux ans maintenant. Comme deux enfants, les deux amants s’amusent à coup de chantilly sur le nez, et si Julian aime entendre le rire cristallin de Grace, il rit également de bon cœur. « Je vais sortir d’ici avec la chantilly sur le nez, rien que pour te foutre la honte. » En boxer avec de la chantilly sur le nez, il est sûr de faire des ravages. Et puis, il s’étonne de la remarque de sa petite-amie et fait les gros yeux : « Faites avec amour… C’est quoi cette phrase ? Ca veut dire qu’elles sont pas bonnes mais que tu me pardonnes parce que je les fais ‘avec amour’ ? » Il lui balance alors une gaufre dans la figure, sans ménagement. « Tiens, voilà ce qu’elle te dit la gaufre ! » Il pouffe de rire. Pendant un instant, le temps s’arrête, il ne pense à rien d’autre qu’à vivre ce moment sans se soucier du reste. Il a presque l’impression d’être à nouveau cet étudiant insouciant qui croquait la vie à pleine dents. Grace sait déjà qu’elle ne pourra pas tout avaler, et soutient qu’ils couleront s’ils vont à la plage après avoir mangé tout ça, ce à quoi il se plait à répondre par la taquinerie : « Toi peut-être, mais moi je suis svelte pour mon âge ! » Et il se déplie pour exposer son corps musclé qu’il travaille chaque jour en faisant son jogging. En tout cas aujourd’hui, il devra nager, bien que ce n’est pas un excès qui aura raison d’eux. Grace est une femme sublime. Elle n’a pas besoin de s’inquiéter de sa plastique. Julian attrape alors le verre de jus d’orange qui lui est destiné et le boit d’une traite, tout ça pour éviter les accidents, car quelque chose lui dit que Grace ne va pas tarder à répliquer à toutes ses petites plaisanteries.


_________________
Baby I'm not made of stone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: a romantic getaway - julian   Ven 7 Oct - 11:16


If I showed you my flaws, if I couldn't be strong. If I showed you my flaws, if I couldn't be strong. Tell me honestly would you still love me the same?

Julian était un père surprotecteur. Tu n’enviais pas Ella quand cette dernière deviendrait adolescente et qu’elle allait se mettre à ramener des garçons à la maison. Mais peut-être que tu seras encore là pour tempérer la chose d’ici toutes ces années. Tu l’espérais en tout cas car tu n’avais aucune envie de quitter Julian. Malgré tout ce qu’il avait traversé, tout ce que vous aviez traversé tous les deux tu n’avais pas envi le moins du monde de tout mettre derrière toi. Voilà pourquoi la semaine précédente tu n’avais pas vraiment passé le week-end seule chez ton frère mais plutôt une nuit chez ce dernier avec Ella. Tu avais été contente que Julian prenne conscience de certaines choses cependant notamment au sujet de Shaun. Et cette conversation vous avait amenée là, dans cette chambre d’hôtel avec de grands sourires sur les lèvres. Cela te faisait du bien aussi de voir Julian sourire parce qu’à la maison, même si cela arrivait c’était plus difficile de faire apparaître ce petit sourire sur son visage. Peut-être avait-il réalisé qu’il avait le droit d’être heureux ? Qu’il commençait à faire son deuil ? Ca tu ne pouvais que l’espérer, seul le temps pourrait te le dire. « Si j’ai pas fait que des choses bien dans ma vie, mes enfants sont les meilleures choses qui me soient arrivées. » Un sourire se dessine sur ton visage avant que tu ne dises : « Les enfants sont souvent la meilleure partie de nous. » Dis-tu parce que tu le croyais vraiment. Tu avais vu des gens changer du tout au tout en les voyant au travail puis avec des enfants. C’était certainement leur innocence, leur besoin d’affection qui faisait ressortir le meilleur de chacun. Tu ne peux pas nier que tu aurais envi d’avoir des enfants à toi. Au moins un que tu puisses porter en toi. Tu n’aimerais pas moins Ella et Shaun mais tu ne les as pas vu grandir, tu n’es pas leur mère au fond malgré le fait que tu es là chez eux à jouer ce rôle des fois. Mais tu n’as pas le courage, tu n’as pas le courage pour l’instant de faire part de cette envie à Julian parce que tu as envi de profiter de ce beau week-end et que ce n’est pas pressé de toute façon, vous pourriez en parler plus tard. « Je lui ai proposé d’aller consulter, mais il n’a pas voulu. J’ai pas insisté, il a dit qu’il allait essayer de se faire des amis et d’éviter de se battre aussi, mais je sais pourquoi il se bât. J’irais voir le proviseur. Parlons d’autre chose que de Shaun, je suis pas venu ici pour te pourrir le weekend ! » Tu secouais la tête. Parler de Shaun ne te pourrissait pas le week-end. Les enfants faisaient partis de votre vie alors c’était normal d’en parler. Ce qui importait pour toi était que Shaun aille mieux et que Julian aussi par la même occasion. Il y avait un malaise de ce côté là c’était évident et il était bon d’y remédier. « On va tout faire pour l’aider à surmonter tout ça. » Dis-tu avec un sourire. « Et tu ne me pourris pas le week-end, les enfants font partis de notre vie, c’est normal d’en parler. » Tu voulais le rassurer à ce sujet. Tu avais fait comprendre à Julian que vous aviez besoin de temps tous les deux mais cela ne voulait pas dire que les enfants devaient complètement être bannis du week-end. D’ailleurs tu avais promis à Ella de lui ramener quelque chose, il faudrait que tu te mettes en recherche et Shaun aussi mais ce serait plus compliqué. « Je vais sortir d’ici avec la chantilly sur le nez, rien que pour te foutre la honte. » Tu laisses un sourcil se soulever. Oh vraiment ? Non, tu ne pouvais pas le laisser sortir en boxer avec de la chantilly sur le nez. C’est sans hésiter que tu te penches vers lui pour récupérer la chantilly dans ta bouche. « Et voilà ! Ce serait bête que tu aies eu à faire de l’exhibitionnisme. » Dis-tu avec un sourire en coin sur les lèvres. Tu riais aux paroles de Julian quand ce dernier t’envoya une gaufre à la figure. Oh ça allait être la guerre ! « J’allais te dire qu’elles étaient encore meilleurs justement parce qu’elles étaient faites avec amour mais si tu préfères la guerre. » Dis-tu avant d’attraper des raisins et de te mettre à les lancer sur Julian. Tu récupérais aussi la gaufre vu qu’elle était immangeable, autant s’en servir de projectile. La guerre était réellement déclarée pour le coup cela ne faisait aucun doute ! Chacun vos projectiles à la main vous étiez redevenus des gamins, il n’y avait pas d’autres mots à ce jeu. Vu tout ce que vous vous jetiez dessus, vous ne risquiez plus de couler maintenant : « Toi peut-être, mais moi je suis svelte pour mon âge ! » Grace ne peut s’empêcher de laisser son regard traîner sur le corps de son petit-ami avant de dire : « Tu n’es pas mal dans ton genre. » Quand les choses à se jeter dessus devinrent rares, tu étais couverte de chantilly mais pas que et il te fallait vraiment une douche. « Et si on faisait la paix dans la douche ? » Proposas-tu presque timidement. Tu n’avais jamais été une grosse allumeuse, c’était évident et ce n’était pas des propositions que tu faisais souvent mais qui ne tente rien n’a rien non plus n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Posts : 175
Pseudo : Justboy
Id card : Michael Fassbender (lolita lempicka, anaëlle)
Inscription : 26/09/2016
Age : 36 ans
Civil status : veuf, en couple avec Grace Meadows avec qui il ne se comporte pas toujours bien.
Job|Studies + $ : cardiologue en pause, enseignant à la faculté de médecine.
Playlist : josh daniel, jealous | metallica, nothing else matters | josh groban, to where you are | nightwish, sleeping sun | robin thicke, blurred lines | alan walker, faded |

(we're just a box of souvenirs)
Address: #5214, east rafflesia lane
Relationships:
Rp availability:
MessageSujet: Re: a romantic getaway - julian   Ven 7 Oct - 20:11


If I showed you my flaws, if I couldn't be strong. If I showed you my flaws, if I couldn't be strong. Tell me honestly would you still love me the same?

Julian était heureux d’avoir eu un garçon avant une fille, parce qu’il ne serait par conséquent pas le seul à veiller sur elle, parce qu’au fond, sa petite princesse grandissait trop vite et qu’il craignait de devoir contrôler ses fréquentations et qu’elle cesse de l’aduler. Grace pourrait peut-être l’épauler dans ce genre de situations elle qui avait vécu la situation avec ses propres parents. Il ne pouvait plus le demander à Elisabeth mais pourrait toujours se tourner vers la famille de ce dernier, voire la marraine de Shaun, Leanor, qui devait en savoir un rayon sur le sujet. Cela le replongea encore dans ses souvenirs, car ça lui évoquait la grossesse de sa femme, l’annonce qu’elle lui avait faite, presque désolée, effrayée par sa réaction. Ils étaient jeunes, mais Julian s’était senti prêt à accepter de devoir se muer dans un rôle de père même si au fond, il n’avait pas prévu de devenir père alors qu’il était encore interne. Il se confia brièvement sur cet épisode qui le fit esquisser un sourire, se retenant presque de rire. « C’est drôle, car je voulais pas d’enfants à la base ! Le jour où Liz a su qu’elle était enceinte de Shaun, elle a eu peur que je lui demande d’avorter ! » Ces souvenirs étaient heureux, et pourtant, dans la minute qui suit, Jules se sent mal. Entre élans de mélancolie, regrets, tristesse, tout se mélange et il prend une profonde inspiration pour les repousser au mieux de son esprit déjà bien trop embrumé. Il doit se concentrer sur Grace. Ne pas penser à sa famille, s’intéresser davantage à Grace c’est aussi un moyen efficace pour repousser le mal qui l’étreint. « Oui mais… on pourrait parler de toi un peu aussi ! » Au fond, il a conscience que Grace s’est effacée pour venir en aide à la famille qu’elle a intégrée. Elle s’est faite aussi discrète qu’une souris, pas du tout envahissante, mais elle s’oublie un peu trop dans l’affaire. Julian ne sait même plus ce qui lui fait plaisir, ce qu’elle souhaite, ce qu’elle pense, parce qu’elle met toujours de côté avec grand altruisme sa personne pour penser au bien commun. Et si, elle profitait de ce weekend pour se mettre en avant, pour être celle qu’on célèbre, dont on s’occupe ? « Au fond, on ne parle toujours que de ce qui me passe par la tête ou du comportement des enfants, mais toi dans tout ça ? » Il voulait savoir Julian, ce qui l’animait, ce qui lui plaisait, la contrariait, si son travail se passait à merveille ou non, qu’elle lui raconte ses sorties, bref, juste qu’elle se confie à lui et que ça ne soit pas toujours dans le même sens. Au geste de Grace qui entreprend tout de suite de retirer la chantilly du nez de son compagnon, il éclate de rire. « Mademoiselle Meadows aurait-elle peur que d’autres yeux se posent sur moi ? » Il a toujours su qu’il plaisait, Julian, mais jamais cela l’avait rendu prétentieux. Il s’était toujours foutu des autres femmes quand il était avec Elisabeth, et maintenant avec Grace, c’était un peu la même chose. Il n’était pas de ceux qui aiment l’infidélité, tellement qu’il avait presque l’impression d’être infidèle à sa défunte femme et que ça l’avait tracassé pendant de longs mois. Maintenant, c’était différent. Parce qu’il avait l’intime conviction que Grace serait la seule femme qu’il côtoierait. Et si ça venait à ne plus marcher entre eux, il ne chercherait pas à se remettre en ménage. Elle était la personne qui lui fallait, un parfait équilibre entre responsabilité et enfantillages. Elle savait endosser les deux casquettes, comme en ce moment-même alors qu’ils étaient sur les genoux à se balancer leur merveilleux petit déjeuner dessus, comme Shaun et Ella le feraient, dans un éclat de rire plus que revigorant, rafraichissant. Quand il n’eut plus de denrée à envoyer, couverts de tous les mets du petit-déjeuner, Julian porta son regard sur les draps et leurs corps qui ressemblaient à des modèles pour artistes abstraits. « Je plains la femme de ménage… On lui laissera un gros pourboire ! » La pauvre, elle allait se demander qu’est-ce qui avait bien pu se passer dans cette pièce. « Juste pas mal ? » Fit-il feignant l’offuscation. Cependant, l’expression de son visage changea bien vite à la proposition de Grace. Ils étaient sur la même longueur d’onde. Après le jeu enfantin, les désirs ardents se réveillaient, et l’ex-cardiologue se rapprocha irrémédiablement de sa compagne, un sourire aux lèvres. « C’est plus que tentant… » Et puis d’un coup, il passe ses bras autour du corps de la jeune femme et la soulève pour la porter dans ses bras, jusqu’à la salle de bains, où il donne un coup de pied pour fermer la porte et repose Grace, la regardant de haut en bas et puis il s’avance vers elle pour capturer ses lèvres, tandis qu’il fait tomber les bretelles de sa nuisette. Ses lèvres glissent sur l’arrête de sa mâchoire avant de glisser dans son cou et du bout des doigts il fait glisser le bout de tissu qui tombe au sol.

_________________
Baby I'm not made of stone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: a romantic getaway - julian   Sam 8 Oct - 11:01


If I showed you my flaws, if I couldn't be strong. If I showed you my flaws, if I couldn't be strong. Tell me honestly would you still love me the same?

Parler de Julian et de ses enfants ne te faisait pas vraiment de peine. Tu étais encore jeune, tu savais que tu pouvais avoir des enfants, tu espérais juste que Julian voudrait les avoir avec toi. Parce que même si tu rêvais de te marier depuis que tu étais gamine, tu savais que c’était quelque chose sur quoi tu pouvais passer. Les enfants par contre, tu en voulais. Même si ce n’était qu’un, tu ne pourrais pas t’en passer, tu le savais. Tu n’en avais jamais parlé à Julian, il fallait trouver le bon moment et alors que sa femme était toujours présente dans son esprit, ce n’était pas le bon moment. Tu espérais qu’il arriverait un jour cependant parce que tu ne te voyais pas avoir des enfants avec quelqu’un d’autre. Tu aimais Julian, profondément et tu ne te voyais pas trouver cela de nouveau avec quelqu’un d’autre. Peut-être que c’était pour cela que tu acceptais beaucoup de choses finalement … « C’est drôle, car je voulais pas d’enfants à la base ! Le jour où Liz a su qu’elle était enceinte de Shaun, elle a eu peur que je lui demande d’avorter ! » Tu laissais un sourire s’installer sur ton visage. Julian ne lui aurait jamais demandé une chose pareille mais tu savais au fond de toi que tu aurais certainement été aussi stressée que la jeune femme si tu avais été dans cette situation. Tu ne préférais rien répondre parce que tu ne savais pas quoi répondre. C’était un souvenir que tu ne pouvais que teinter avec tes paroles alors tu ne dis rien, tu laissais Julian profiter de ce bon souvenir parce qu’il avait tendance à ne penser à sa femme qu’à travers la manière dont elle était morte. « Oui mais… on pourrait parler de toi un peu aussi ! Au fond, on ne parle toujours que de ce qui me passe par la tête ou du comportement des enfants, mais toi dans tout ça ? » Il avait raison. Ce n’était jamais de toi dont on parlait parce que tu t’effaçais. C’était plus fort que toi, tu avais peur de toujours trop t’imposer mais peut-être que tu avais fini par t’oublier. Julian te posant rarement des questions à ton sujet, tu avais presque oublié ce que c’était que de parler de toi. C’était ridicule, tu le voyais bien mais ton altruisme avait gagné sur tout le reste. Maintenant que tu te retrouvais face à cette question où la réponse pouvait être tout et n’importe quoi, tu ne savais pas vraiment par où commencer. Pourtant, tu devais bien commencer quelque part finalement. « Moi je continue d’organiser les mariages de mes clients. L’automne est une saison propice et le magasin est bien occupé. J’ai d’ailleurs un mariage la semaine prochaine, les enfants d’amis de mes parents. » Dis-tu avec un sourire parce que tu avais grandis avec eux et tu étais très heureuse d’organiser leur mariage. « J’ai oublié de te le dire mais on est invité, nous et les enfants s’ils veulent venir. Et puis il y a Tegan et Gavin qui sont de retour en ville après leur tournée et qu’il me tarde de retrouver. Ce sont des amis d’enfance qui ont rencontré un succès fou avec leur groupe. Et dire que ça a commencé dans des garages tout ça. » Dis-tu en laissant échapper un petit rire tout en secouant la tête. Vous en aviez tous parcouru du chemin. « J’aime passer du temps avec Ella, l’amener faire du shopping avec ses copines. J’aime qu’on passe du temps tous les deux aussi parce que ça m’avait manqué. » Dis-tu en espérant que cela suffisait comme lancement de l’épisode confession de Grace. Tu ne te confiais pas à Julian non pas parce que tu n’en avais pas envi ou que tu avais peur de sa réaction mais bien parce que tu pensais que d’une manière ou d’une autre cela le dérangerait. C’était bête peut-être mais c’était ce que tu ressentais des fois. « Mademoiselle Meadows aurait-elle peur que d’autres yeux se posent sur moi ? » Jalouse tu avais tendance à l’être mais tu avais une totale confiance en Julian de ce côté-là. Cet échange était plus taquin qu’autre chose et vous le saviez tous les deux. « Je n’aime pas partager. » Finis-tu par dire un sourire en coin sur les lèvres. Pas avec d’autres femmes en tout cas, cela ne te dérangeait pas de partager Julian avec ses enfants, ses amis, sa famille mais juste pas avec d’autres femmes. La guerre de nourriture qui s’était déclarée était en train de salir toute la chambre mais tu t’en fichais. Tu avais juste envi de profiter, de laisser les rires éclater et de laisser l’insouciance vous habiter. Mais bientôt les denrées se firent rares et la bataille cessa d’elle-même alors que Julian s’inquiétait pour la femme de ménage. Elles devaient en voir de toutes les couleurs en effet … Tu proposais à Julian une douche commune, chose que vous n’aviez pas faite depuis longtemps et tu fus heureuse du résultat. « C’est plus que tentant… » Oh oui, c’était même très tentant … Tu laissais Julian te porter jusqu’à la salle de bain et alors qu’il te pose à terre et te regarde de haut en bas, tu ne peux t’empêcher de sentir le rose te monter aux joues, de te sentir timide d’un coup alors que c’était complètement idiot. Tu réponds immédiatement au baiser de Julian et tu laisses échapper un soupir de contentement alors que ses lèvres descendent dans ton cou. Ta nuisette tombe et tu te retrouves nue. Tu profites de ce moment d’intimité et tu laisses tes mains vagabonder sur le torse de Julian avant qu’elles n’arrivent au niveau de son caleçon. Le sentir nu contre toi était tout ce qui importait à cet instant. Tu fis donc descendre le vêtement avant de te remettre debout et de capturer les lèvres de Julian avec les tiennes une nouvelle fois. Ouvrant la cabine de douche, tu t’y engouffrais en tirant Julian par la main avant d’allumer l’eau.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Posts : 175
Pseudo : Justboy
Id card : Michael Fassbender (lolita lempicka, anaëlle)
Inscription : 26/09/2016
Age : 36 ans
Civil status : veuf, en couple avec Grace Meadows avec qui il ne se comporte pas toujours bien.
Job|Studies + $ : cardiologue en pause, enseignant à la faculté de médecine.
Playlist : josh daniel, jealous | metallica, nothing else matters | josh groban, to where you are | nightwish, sleeping sun | robin thicke, blurred lines | alan walker, faded |

(we're just a box of souvenirs)
Address: #5214, east rafflesia lane
Relationships:
Rp availability:
MessageSujet: Re: a romantic getaway - julian   Sam 8 Oct - 16:54


If I showed you my flaws, if I couldn't be strong. If I showed you my flaws, if I couldn't be strong. Tell me honestly would you still love me the same?

Sur le moment, Julian se pose des questions. Depuis qu’il est avec Grace, qu’a-t-il appris sur elle ? Très peu de choses. Il se rend compte qu’il a été très égoïste. Elle avait supporté cette situation pendant deux ans. Voir son compagnon parler d’une autre en permanence n’était pas agréable. Mais en fait, il avait une bien pire impression : celle de ne pas avoir vu Grace telle qu’elle était vraiment. Oh bien sûr qu’il savait qu’elle était formidable, mais il ne connaissait pas les moindres détails de sa vie, ne savait même pas si elle avait des rêves autres que ceux qu’elle avait déjà réalisés, et l’ancien chirurgien se sentait mal de l’avoir mise de côté, de l’avoir presque dénigrée. Il n’avait pas pu faire autrement. Il était difficile de mener une vie normale après avoir condamné sa femme à la mort, et ce en ayant de jeunes enfants. Ca n’était pourtant pas excusable. Il était certain que la jeune femme était la personne dont il avait besoin pour se réaliser, pour avoir une seconde chance dans la vie. Il était peut-être temps qu’il la traite comme telle. A sa demande de confidences, Grace commença à dresser le topo de son petit monde, en commençant par les mariages. Il n’y avait pas à dire, c’était une voie parfaite pour elle, elle était née pour ça. Il se souvenait encore de son mariage 13 ans auparavant, de la touche personnelle de la jeune Meadows qui avait parachevé la perfection de ce jour inoubliable. Aujourd’hui, beaucoup se l’arrachaient, et Julian conseillait toujours l’un et l’autre d’aller lui rendre visite dans sa boutique. Ce qui est drôle c’est qu’elle n’avait pas appréhendé le mariage elle-même qu’elle le connaissait déjà sous toutes ses coutures. Julian se demandait si un jour elle se marierait, comment elle réagirait face à tous les préparatifs. Elle serait surement plus que pointilleuse, mais pas sûr qu’elle prendrait beaucoup de plaisir à célébrer son mariage si elle se mettait en tête de vouloir tout organiser elle-même. Elle lui avoue avoir organisé le mariage d’amis de longue date, et le professeur de physiologie l’interroge, afin d’en savoir plus : « Qui se marie ? Tu les connais depuis ta plus tendre enfance alors ? » S’ils sont les enfants des amis de ses parents, il y a de grandes chances. Ca doit lui faire bizarre d’ailleurs. C’est dans ces moments qu’on se rend compte que la vie passe en un éclair. C’est à ce moment qu’elle lui fait part de l’invitation au mariage, et le visage de Julian se tord dans une grimace, écarquillant les yeux : « Nous inviter ? Mais… Les enfants et moi on ne les connait pas… » Il ne sait même pas de qui il s’agit. Et puis, il se rend compte qu’il pourrait la tracasser, alors il esquisse un sourire et la rassure : « Mais si ça te fait plaisir, on viendra ! » Bien qu’il ne soit pas sûr d’emmener ses enfants. Il faut dire que Shaun aimait très peu ce genre d’événements et Ford pensait que ses enfants penseraient peut-être à leur mère même s’ils n’étaient pas nés à l’époque du mariage. Il en discuterait avec eux. « Eux je les connais sans les connaitre, Ella les adore si j’ai bien compris ce qu’elle m’a dit ! » Gavin et Tegan, il a entendu ces noms des tonnes de fois, et puis Grace avait emmené sa fille voir Tegan il y a peu, et elle était revenue avec des étoiles plein les yeux. Les enfants se satisfont d’un petit rien. Grace n’était pas étrangère au bonheur de sa fille. Elles avaient créé de véritables liens, et si Shaun était un peu plus réticent, Ella semblait avoir récupéré du drame qui avait frappé leur famille bien plus vite grâce à l’entrée de la rousse dans leur vie. « C’est le principal. Ella t’aime beaucoup et c’est grâce à toi si elle a cessé de pleurer toutes les nuits. » Il dépose un baiser sur le front de la jeune femme. Il est vraiment très reconnaissant pour tout ce qu’elle a fait pour lui depuis le début. Les moments à deux étaient plus qu’appréciables. Il ferait en sorte de les multiplier. Quant à la jalousie de la jeune femme, il se contenta de sourire, juste pour lui indiquer qu’elle n’avait pas à s’inquiéter, bien qu’il trouve sa jalousie mignonne. Il se sent différent en ce weekend particulier. Si Grace avait toujours représenté à ses yeux une tentation presque trop grande, il avait longtemps opprimé ce désir qui l’habitait, afin de ne pas perturber ses enfants, afin de ne pas culpabiliser. Mais là, à Miami, il ne voyait qu’elle, et son corps tout entier la réclamait. Dans leur plus simple appareil, dévêtus dans une passion débordante, ils s’engouffrèrent dans la cabine de douche où Grace fit couler l’eau bouillante qui se déversa sur leurs deux corps qui se répondaient comme un écho. Faisant face à la jeune femme dont les cheveux mouillés fonçaient aussitôt, il vint à nouveau s’emparer de ses lèvres, attirant la jeune femme contre lui. Son cœur battait à tout rompre, l’envie d’elle se faisait plus oppressante encore. S’abreuvant du souffle de la jeune femme contre le sien, il la chercha du regard, se perdant dans l’immensité de ses yeux, sans rien dire pendant de longues secondes avant de finalement lui déclarer : « Je t’aime Grace. » Un aveu qu’il avait mis du temps à prononcer, mais qu’il voulait qu’elle sache.

_________________
Baby I'm not made of stone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: a romantic getaway - julian   Sam 8 Oct - 20:13


If I showed you my flaws, if I couldn't be strong. If I showed you my flaws, if I couldn't be strong. Tell me honestly would you still love me the same?

Cela fait un petit moment que tu as en effet oublié de parler de toi. Quand tu rentres du travail tu glisses une petite phrase sur ta journée avant de t’engouffrer dans le rôle qui est le tien depuis que tu habites avec Julian. C’est le repas et les enfants et les devoirs. Des fois Julian fait le repas, tout dépend de vos emplois du temps en fait. Mais parce que le temps que vous passiez tous les deux était maigre depuis quelques temps tu n’avais plus vraiment l’occasion de parler de toi. Et puis avec la situation tendue que l’attitude de Shaun avait fini par amener, tu avais fini par ne plus te sentir à ta place et ne plus réellement savoir ce que tu devais faire ou dire. Ce week-end, il va falloir que tu apprennes de nouveau à parler de toi, à ne plus t’effacer. C’était un peu l’effort que tu devais faire à Miami. Mais tu étais prête à le faire, à parler de toi. C’était simplement que tu en avais perdu l’habitude en réalité plus qu’autre chose. Voilà pourquoi quand Julian te posa la question, tu abordais les premiers sujets qui te passaient par la tête et qui étaient importants pour toi en ce moment. Bien entendu, ton magasin était très important pour toi. Tu vendais des robes de mariage, des costards, mais aussi l’organisation. Tu ne faisais pas tout toi-même, tu étais en collaboration avec d’autres entreprises de Roslindale pour les gros mariages mais tu chapotais tout avec une de tes employées. Tu n’en avais qu’une, tu n’en avais besoin que d’une. « Qui se marie ? Tu les connais depuis ta plus tendre enfance alors ? Nous inviter ? Mais… Les enfants et moi on ne les connait pas… Mais si ça te fait plaisir, on viendra ! » Tu secouais la tête. Les invitations coulaient toujours pour les mariages. Tu ne restais souvent qu’à l’église et à l’apéritif car Julian et les enfants t’attendaient mais ce mariage, tu y tenais. Tu n’étais pas invitée simplement pour ton travail lors de celui-ci mais parce que tu aurais été invitée dans tous les cas. « On a un peu grandi les uns chez les autres. Mais après le lycée ils sont partis dans la même université à l’autre bout du pays et on s’est un peu perdu de vue. Ca m’a fait plaisir d’organiser ça pour eux. » Dis-tu pour expliquer à Julian que ce mariage comptait pour toi. « Je leur ai parlé de toi et des enfants lors de nos multiples sessions et ils m’ont dit que vous étiez les bienvenus. Cela ne vous oblige pas à venir si vous ne voulez pas venir cependant. » Tu ne voulais forcer personne à rien du tout, ce n’était pas le but. Tu pouvais très bien y aller toute seule aussi. Contrairement à beaucoup t’afficher seule à un mariage ne te dérangeait pas même si tu savais que les rumeurs ne manqueraient pas de circuler. « Eux je les connais sans les connaitre, Ella les adore si j’ai bien compris ce qu’elle m’a dit ! » Tu laissais échapper un petit rire. En effet, Ella les adore, une vraie petite fan. Mais tu aurais certainement fait pareil à son âge et tu devais avouer qu’ils étaient pas mal toute cette petite troupe. Tu n’avais jamais eu aucun talent musical de ton côté sinon tu les aurais certainement rejoint. A la place tu étais leur fan numéro un à les suivre partout et essayer de les faire connaître partout où tu passais. « Ella les adore. Tegan m’a promis des pass VIP pour leur prochain concert et je pense faire un hit avec auprès d’Ella et Shaun. Tu pourras venir aussi si ça te dit. » Dis-tu avec un clin d’œil. Parce que Tegan était un ange et que tu comptais bien les payer d’une manière ou d’une autre mais savoir que tu allais les avoir sans faire la queue pendant des heures c’était rassurant. « C’est le principal. Ella t’aime beaucoup et c’est grâce à toi si elle a cessé de pleurer toutes les nuits. » Ella, ta petite Ella. Tu étais heureuse d’avoir pu l’aider, d’être là pour elle quand elle en a besoin. Ella a vite compris qu’elle pouvait parler d’Elizabeth avec toi sans aucun souci et cela a changé pas mal de choses. « Je l’aime beaucoup aussi. Et ne t’inquiète pas, tu arriveras à faire la même chose pour Shaun. » Dis-tu parce que tu étais persuadée que le petit garçon se reconstruirait avec le tournant qu’avait pris sa relation avec son père. Mais la conversation prit rapidement fin alors que Julian te transportait dans la salle de bain. Toute pensée qui était pas lui te quitta soudainement et tout ce qui comptait n’était plus que lui et toi et vos corps qui ne demandaient plus qu’à ne faire qu’un. Tu n’oubliais pas que vous étiez là pour une douche à la base et tu l’entraînais avec toi sous l’eau chaude. Tu laissais les sensations t’envahir, le désir se faire plus grand encore alors que vos lèvres ne semblaient plus vouloir se séparer. Et puis Julian s’éloigna légèrement, cherchant ton regard et le seul bruit à entendre était vos souffles que tu sentais contre ta peau. Et puis : « Je t’aime Grace. » Tes yeux s’écarquillèrent. Ton cœur battait de toutes ses forces. Tu arrivais à peine à croire ce que tu venais d’entendre mais tu étais pourtant certaine qu’il l’avait dit. Après deux ans de relation certains diraient qu’il était temps mais pour toi ce n’était pas le cas, tu étais juste aux anges à cet instant précis. Tu déposais un rapide baiser sur les lèvres de Julian avant de lui dire : « Je t’aime aussi, tellement. » Il venait du fond du cœur et tu espérais que Julian le savait. Tu lui avais déjà dit ces mots là mais cette fois-ci tu les retournais, tu voulais que cela compte. Le désir qui sommeillait en toi n’avait fait que grandir et tu approchais tes lèvres de l’oreille de Julian pour lui dire : « J’ai besoin de te sentir en moi. Maintenant. » Dis-tu alors que tu collais ton corps contre le sien te laissant envahir par les sensations ressenties par ce dernier.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Posts : 175
Pseudo : Justboy
Id card : Michael Fassbender (lolita lempicka, anaëlle)
Inscription : 26/09/2016
Age : 36 ans
Civil status : veuf, en couple avec Grace Meadows avec qui il ne se comporte pas toujours bien.
Job|Studies + $ : cardiologue en pause, enseignant à la faculté de médecine.
Playlist : josh daniel, jealous | metallica, nothing else matters | josh groban, to where you are | nightwish, sleeping sun | robin thicke, blurred lines | alan walker, faded |

(we're just a box of souvenirs)
Address: #5214, east rafflesia lane
Relationships:
Rp availability:
MessageSujet: Re: a romantic getaway - julian   Dim 9 Oct - 17:21


If I showed you my flaws, if I couldn't be strong. If I showed you my flaws, if I couldn't be strong. Tell me honestly would you still love me the same?

Ce qu’elle lui racontait au sujet de ses amis lui rappelait son propre cas. Il se souvenait de ses amis de lycée qui s’étaient toujours promis de ne jamais se perdre de vue, parce qu’ils se rendaient dans des universités différentes, et puis finalement, c’était arrivé quand même. Il n’y avait qu’avec Elisabeth qu’il avait gardé un contact privilégié parce qu’elle avait fait en sorte de le suivre à Harvard afin que leur histoire se poursuive. Ca avait longtemps été flou car ils avaient craint que l’un soit accepté et pas l’autre, mais l’un comme l’autre était brillant dans leurs domaines respectifs. « Si tu as envie qu’on vienne, alors on viendra. » Affirme-t-il dans un sourire. Bien qu’il n’imposerait rien à Shaun sachant qu’il était probable qu’il fasse en sorte d’altérer au bon déroulement du mariage s’il ne tenait pas à venir. Ella, à partir du moment où elle aurait une nouvelle robe de princesse à porter, se ferait une joie de venir. Quant à Julian, si Grace souhaitait qu’il l’y accompagne, il le ferait volontiers. Ca lui tenait à cœur, alors pourquoi la priver de ce moment de bonheur ? Il se doit de penser à elle, ce sont des tous petits rien qui font plaisir et qui permettent au couple de garder un équilibre, une ligne de conduite pour les mener vers l’avenir. Il y avait tant de chose qu’il n’avait pas confiées à Grace, comme le fait que lui aussi jouait de la guitare. Peut-être pas aussi bien qu’un guitariste membre d’un groupe connu, mais il adorait la guitare sèche et il lui arrivait parfois de la prendre et de jouer juste pour se détendre. Mais ça lui était personnel. Il ne s’imaginait pas jouer devant un public. Il préférait laisser ce soin aux professionnels. Grace lui fait part d’un geste de gentillesse de la part de son amie, et le trentenaire ne saurait vraiment remercier la jeune femme qu’il ne connait pas encore pourtant. « C’est vrai ? Ella sera tellement contente. Je ferais peut-être un peu tâche parmi les fans, mais pourquoi pas ! » Il sait d’avance qu’il passera pour un con s’il essaie de se faire passer pour quelqu’un qui connait le groupe, mais le ridicule ne tue pas. Il est conquis quand la jeune femme parle de cette manière des enfants. Elle semble attachée à eux alors qu’elle n’a pas vu le meilleur de ses enfants eux qui ont dû faire face à un terrible événement. « Tu es unique, Grace. » Combien de personnes accepteraient les enfants d’un autre, feraient profil bas au manque de respect de l’un d’eux ? Combien s’évertueraient à rendre la situation meilleure ? Beaucoup seraient parties bien avant. Pas elle. Parce qu’elle puisait son énergie en l’amour qu’elle portait à chacun d’entre eux. « Des fois, je me demande comment tu as fait pour tenir bon avec tout ce qu’on t’a fait subir… » Lâche-t-il simplement le regard dans le vide. Elle est exceptionnelle. Il veut qu’elle le sache. Il veut lui faire comprendre que malgré tout, il a bel et bien développé des sentiments pour elle. Il s’est attaché à un moment de sa vie où il n’aurait peut-être pas dû, mais aujourd’hui, il en était très heureux. Les mots qu’il pose enfin sur ce qu’il ressent, font écho à ceux de Grace, alors que leurs lèvres se retrouvent de plus belle, entamant une danse lascive extrêmement grisante. Il n’a jamais douté des sentiments de la jeune femme car ils les ont portés quand les siens n’étaient pas clairement déterminés. Il sait qu’elle a donné le meilleur d’elle, qu’elle s’est offerte à lui sans jamais rien demander en échange. C’est ça l’amour, le vrai. Il est purement désintéressé. L’eau paraissait froide tant leurs corps brûlaient d’un désir immesurable. Elle l’appelait, le tentait, le transcendait rien qu’à être présente contre sa peau qui réagit dans un frisson intense. Ce qu’elle lui souffle à l’oreille résonne comme une demande d’éternité. Son regard la dévore, son cœur implose dans sa cage thoracique, leurs corps ne demandent qu’à s’épouser, s’unir comme s’ils n’existaient que par cette union brûlante.

_________________
Baby I'm not made of stone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: a romantic getaway - julian   Lun 10 Oct - 23:02


If I showed you my flaws, if I couldn't be strong. If I showed you my flaws, if I couldn't be strong. Tell me honestly would you still love me the same?

Parler de toi ce n’était pas quelque chose de difficile. Oui tu ne le faisais pas beaucoup avec Julian mais il ne fallait pas beaucoup te priver, c’était assez simple pour toi d’ouvrir des dizaines de sujets différents. Peut-être que parler plus de toi allait vous aider aussi à renforcer ce lien et ces sentiments qui vous unissaient. Tu parlais à Julian de ce mariage que tu organisais et auquel tu étais invitée. Tu ne voulais pas le forcer à venir, s’il t’accompagnait tu voulais qu’il le fasse parce qu’il en avait envi et pas parce qu’il se sentait obligé. Tu fus heureuse qu’il te propose sa compagnie en tout cas et tu déposais un baiser sur ses lèvres. Ce serait une autre soirée durant laquelle vous pourriez profiter l’un de l’autre même si Ella ne serait pas loin car elle ne refuserait certainement pas l’occasion de se faire belle. Tu parlais ensuite à Julian du cadeau de Tegan. Tu savais que cette dernière le faisait avec plaisir et tu te sentais un peu mal de ne pas payer même un tout petit peu parce que tu voulais que tes amis réussissent mais tu avais tous leurs albums, tout ce que tu pouvais avoir acheté pour les soutenir dans leur rêve. C’était vraiment la moindre des choses et puis, cela te faisait quelque chose de plus à partager avec Ella. « C’est vrai ? Ella sera tellement contente. Je ferais peut-être un peu tâche parmi les fans, mais pourquoi pas ! » Tu laissais échapper un petit rire à la remarque de Julian. En effet, il n’était pas vraiment dans la tranche d’âge des fans du groupe mais cela importait peu. Ella serait ravie de partager ce moment avec son père et tu espérais qu’elle ne serait pas la seule. « Mais non tu seras parfait ! J’espère que Shaun nous accompagnera aussi. » Dis-tu avec un sourire parce que tu espérais que le jeune homme ne se priverait pas de quelque chose dont il avait envi simplement pour te faire de la peine. Ce serait idiot pour lui parce que tu savais qu’il écoutait le groupe aussi. Moins fan qu’Ella certainement mais fan quand même, à sa manière. Tu laisses les mots de Julian résonner à tes oreilles : « Tu es unique, Grace. Des fois, je me demande comment tu as fait pour tenir bon avec tout ce qu’on t’a fait subir… » Les compliments tu ne sais toujours pas comment les prendre sans que le rose te monte aux joues. Ta peau de poupée se colore plus vite que celle de certains et la moindre rougeur est perceptible. Tout compliment te fait rosir les joues et Julian n’y va pas de main morte aujourd’hui. Mais tu es heureuse parce que cela veut dire qu’il a vu tes efforts. « Je me suis accrochée aux bons moments, aux moments comme maintenant, aux sourires d’Ella, à toutes ces merveilleuses petites choses que je suis heureuse de vivre au quotidien à tes côtés. Tout n’est pas parfait mais rien ne peut jamais l’être. » Tu croyais profondément à cela. Tu étais bien loin d’être parfaite. Non, tu ne l’étais pas, Julian ne l’était pas personne ne l’était mais tu aimais ses défauts comme ses qualités parce qu’ils faisaient ce qu’il était aujourd’hui. Mais les discours sont bien vites oubliés alors que vos corps se rencontrer sous cette eau où les langues se délient et les déclarations résonnent. Ces mots tu les attendais depuis longtemps sans réellement savoir à quel point il était important que tu les entendes. Et maintenant qu’ils résonnaient dans ton esprit, tu pouvais laisser ce désir qui grandissait en toi prendre le dessus, le laisser t’entraîner pour venir donner à ces quelques mots encore plus de puissance. Il n’est plus temps de jouer désormais, tu as besoin que vos corps ne fassent qu’un, qu’ils ne soient que l’extension des mots que vous veniez de prononcer, que l’expression de ces sentiments bien trop profonds pour que quelques mots en fasse la démonstration.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: a romantic getaway - julian   

Revenir en haut Aller en bas
 
a romantic getaway - julian
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» #33 Ole Man Trouble - L.A. Getaway (8 juin 2009)
» Julian Bream
» Julian Krein (Yulian Kreyn)
» Julian Sas - Bound To Roll
» ALBUM DU MOMENT : EVELYN KING - SO ROMANTIC (1984)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DWOTG :: - WORLD - :: • the world is mine-
¦ Pré-liens libres ¦
Ci-dessous, vous trouverez une liste de liens créés par nos membres activement recherchés.