AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 - gracious goes the ghost of you. (w/darcy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: - gracious goes the ghost of you. (w/darcy)   Mer 28 Sep - 10:17


■ ■ ■
{ And meet me there, bundles of flowers,
we wait through the hours of cold Winter. }
tumblr/ ganseyblues - b. howard.

Murée dans un silence complet, on n’entendait que le clapotis des gouttes d’eau frapper les fenêtres de la maison. Le regard perdu dans le vide, Rosea laissait ses pensées vagabonder alors que le bruit de la pluie la berçait doucement. Elle aimait ce bruit, cette ambiance. Plongée dans la pénombre d’un salon éteint, seul la lumière de l’extérieur apportait un peu de jour dans la pièce. Elle n’aurait put vous dire depuis combien de temps elle se tenait là, allongée sur le canapé sans bouger. Elle était comme ça, Rosea. Elle aimait se perdre dans ses songes et écouter la nature. Simplement. Mais aujourd’hui la joie et la sérénité dont elle faisait preuve normalement ne semblaient pas être au rendez-vous. Elle avait besoin de bouger. De sortir d'ici, de prendre l'air. C'est sans vraiment réfléchir ni avertir qui que ce soit qu'elle se redressa et partit à l'extérieur munie juste de son appareil photo et de son éternel imperméable rouge. Son téléphone portable, son porte-feuille, tout resta à son domicile, dans son sac à main. Tout ce qu'elle désirait aujourd'hui, c'était s'échapper de ce quotidien qui devenait pesant. De tout ce qui l'attachait et la ramenait à la réalité. Une réalité qui lui déplaisait de plus en plus malgré elle. Ce fut presque un réflexe de se rendre à la plage, alors qu'il pleuvait et que le ciel était couvert. Elle savait qu'aujourd'hui, c'était un jour spécial. Et c'était certainement pour cette raison qu'elle n'arrivait pas à ôter cette mélancolie qui lui collait au cœur depuis ce matin. Même si cela lui faisait pincement, c'était comme si ses pieds l'avaient guidée ici sans lui demander l'autorisation. L'endroit était presque désert. Rosea tomba sur un couple qui se promenait main dans la main, énamourés comme au premier jour. Fascinée, envieuse, par leurs regards, elle continua sa marche dans le sable en prenant discrètement quelques clichés de la scène. Le vent soufflait et ses cheveux vinrent se plaquer devant son visage à plusieurs reprises. Occupée à nettoyer l'écran de son appareil, la jeune femme ne remarqua pas de suite que quelqu'un s'était posé devant elle. C'est en relevant le visage et en ôtant ses mèches rebelles qu'elle croisa son regard. Ce regard qu'elle connaissait par cœur et qui lui flanqua comme un coup de poignard dans la poitrine tant sa surprise était grande de tomber sur lui ici, maintenant, ce jour-ci. – Darcy, Ce fut tout ce qu'elle réussit à articuler au milieu du bruit des vagues agitées. Oui, Darcy. Ici. Aujourd'hui. Jour de leur anniversaire de rencontre, sur cette plage remplie de souvenirs... pourquoi était-il là, lui ? S'en était-il rappelé ou était-ce une simple coïncidence malheureuse ? Le coup du sort. Sentimentale, nostalgique, elle s'était rendue ici pour se rappeler d'une époque qui lui manquait parfois. Un endroit qu'ils fréquentaient toujours à cette date précise, date où, comme aujourd'hui, ils croisèrent le regard de l'autre mais pour la première fois. A cette époque, ils s'aimaient déjà avant même de le savoir. Aujourd'hui, tout était différent. – Désolée, je ne pensais vraiment pas te trouver ici. Ajouta timidement la photographe en se cherchant des excuses, voyant le jeune homme se décomposer. Pourquoi s'excusait-elle ? Elle n'avait pas à s'excuser d'aller où son cœur lui disait... si ? Alors pourquoi se sentait-elle tout-à-coup si mal ? Se retrouver ici face à celui qui l'avait fait souffrir et qu'elle avait fait souffrir en retour la déstabilisait. Elle avait beau ne pas avoir tous les torts, la jeune femme se sentait si coupable en cet instant qu'elle s'excusait de tout, même d'exister.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Posts : 134
Pseudo : morghulis, maia.
Id card : matthew daddario, sparkles.
Inscription : 26/09/2016
Age : twenty-nine yo.
Civil status : broken heart, have to stop thinking about it. or not.
Job|Studies + $ : nurse, he's giving his life to save people, all the time.
Playlist : broods/heartlines, royal tusk/curse the weather, red velvet/bad dracula, natasha pierre and the great comet of 1812/prologue

(we're just a box of souvenirs)
Address: #0000, road | lavandia land
Relationships:
Rp availability: free ▫ 3/3
MessageSujet: Re: - gracious goes the ghost of you. (w/darcy)   Mer 28 Sep - 15:07


✻ ✻ ✻
- Throw, throw a kiss into the wind
Leave your hands open and waiting
-
tumblr/ adoringelizabetholsen - shells, jagwar.

Une boule au ventre, la même à chaque instant, à chaque jour précis. Comme une main glaciale qui vous broie les entrailles, dans un rire démoniaque. Un cruel coup du sort qu'il accusait à présent avec ironie, quoique non sans faiblir. Ce matin aurait du être un jour comme les autres, une banalité affligeante de plus qui ne cesse de se succéder. Mais aujourd'hui, tous ses sens étaient en souffrance. Sa tête, qui n'avait de cesse de lui remémorer des images douloureuses. Son cœur, qui n'en finissait plus de battre rageusement contre sa poitrine. Ses poumons, qui ne parvenaient pas à avaler cet air pourtant libérateur. Et sa conscience, qui lui soufflait à chaque seconde, à demi mots, de ne plus y penser. De ne même pas y songer. Mais Darcy, il ne peut parvenir à effacer ce qui le trouble d'un revers de la main. Il ne le veut pas. Car à présent, cette peine fait partie de lui, contribue à ce qu'il est. Même s'il n'en apprécie pas les reflets. Les murs blancs lui paraissent étouffant, l'air ambiant, transpirant. Il a besoin de partir, ailleurs, loin, qu'importe, tout pour oublier ses cheveux d'or et ses iris envoûtées. C'est en grommelant quelques excuses qu'il se débarrasse de sa blouse blanche et s'échappe, comme si les enfers le poursuivait, comme si le monde entier lui en voulait. Mais pourtant, il est conscient de l'endroit où le mène ses pas. Conscient et consentant, à sa plus grande stupeur. Car quoi de pire que de se rendre sur les lieux où tout a commencé? Quoi de plus morbide que d'aller se flageller de souvenirs, d'émotions, de ressentis, en cet instant de solitude? D'un léger rictus il écarta ses pensées, et resserra les pans de sa veste un peu plus fort. Le temps se prêtait admirablement à sa morosité. Pluie, vent, froid. Rien de plus ni de moins que la météo de son âme. C'est presque avec soulagement qu'il accueillit la brise sur son visage, pour le débarrasser de ces larmes qui affluent, bien trop rapides, bien trop pressées. Indésirées. Ses baskets à la main, c'est avec délice qu'il plonge son corps en fusion dans le sable humide, frigorifié, cataplasme de sérénité momentanée. Il avance, en errance, sans trop savoir ni à quoi penser ni où aller. Mais c'est à croire que le Destin, derrière la tête, avait son idée. Car lorsqu'il releva le menton, c'est elle qui se dessina au loin, comme un mirage tortueux, une vision déroutante. La machinerie de son corps s'arrêta, soudainement, incapable de faire le moindre geste, le moindre mot, incapable d'imaginer la moindre pensée. Et pourtant, il aurait du s'y attendre, il aurait du se préparer à une telle éventualité. Sa voix résonne, comme une mélodie d'antan, un air d'enfance qui le fait frissonner. Depuis combien de temps ne l'avait-il pas vue, ni entendue? Une éternité. - Rosie. Sa voix est rauque, stupidement enrouée, d'un ton grave qui ne lui ressemble pas, dans un murmure, dans un surnom qui lui a échappé. Il aurait voulu disparaître, pouvoir s'enfuir sans un mot, sans regretter de lui tourner le dos. Mais la force du passé est bien trop forte pour qu'il s'imagine ailleurs qu'ici. Il ne sait sur quel pied danser, ni quelle attitude adopter. La résignation, la colère, la mélancolie, le regret? - Ne t'excuse pas d'être sur une plage publique. La réponse est plus cinglante qu'il ne l'aurait voulue, mais ajouter une nuance d'empathie, il n'en était pas capable. Il n'en était plus capable. Même si se jeter à ses pieds était toujours une réponse envisageable. - Dommage que le temps ne s'y prête pas. Il désigne d'un bref mouvement de la tête son appareil photo, qu'il a toujours connu greffé entre ses mains. Bordel, ses mains. - Ça doit être le jour qui veut ça. Vicieux sous entendu, mise à nue totale sur le fait qu'il n'a pas -jamais- oublié leur date. Il se mord la langue, s'en veut d'avoir publiquement fait le rapprochement entre ce jour, et leur présence à deux. Du moins, sa présence à lui, il ignorait tout de ses raisons, à elle. Même si l'espoir le poignait que, dans un souffle, c'est son nom qu'il entende.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: - gracious goes the ghost of you. (w/darcy)   Mer 28 Sep - 16:18

Sa chair fut parcourue d'un frisson lorsqu'il prononça son surnom. Rosie. Il n'y avait que lui qui l'appelait ainsi, et l'entendre à nouveau après de si longs mois était si étrange qu'elle ne se demandait pas si elle était simplement en train de faire un rêve. Un rêve qui était censé lui donner une leçon, apparemment, car le ton qu'employait le jeune homme n'avait évidemment rien d'amical. Il se voulait grave et désintéressé. Il se voulait totalement à l'opposé du ton qu'il employait autrefois, lorsqu'elle lisait encore l'amour qu'il avait pour elle dans ses yeux clairs.  Cette pensée lui brisa un peu plus le cœur. Comment avaient-ils pu en arriver là ? – Je ne m’excusais pas pour ça. Murmura-t-elle d’une voix presque inaudible, comme pour elle-même. Non, elle s’excusait simplement d’être là au mauvais moment, au mauvais endroit. Elle s’excusait d’être certainement la cause de la petite mine qu’il arborait aujourd’hui. Elle n’allait pas relever ses petits pics, elle n’en avait pas la force. Les yeux rivés sur son appareil photo qu’elle tenait fermement comme si c’était une bouée de sauvetage,  la jeune femme laissa échapper un petit soupir. – Le temps s’y prête toujours (...) la plage n'a jamais été aussi belle à mes yeux. Timide, elle esquissa un infime sourire nostalgique en plongeant son regard dans l’horizon, l'eau déchainée, loin du regard accusateur de celui qu’elle avait tant aimé autrefois. La question de savoir ce qu'il pouvait bien faire ici par ce temps la taraudait, et secrètement, elle espérait qu'il s'en soit souvenu. Elle cru alors louper un battement lorsqu'il émit ses dernières paroles. Pourquoi ressentait-elle une sorte de soulagement alors ? Le fait d'apprendre qu'il s'en souvenait la mettait davantage mal à l'aise mais Rosea semblait comme soulagée d'apprendre qu'il ne l'avait pas totalement oubliée... d'une quelconque manière que cela soit, il se souvenait. Il pensait encore à elle. A eux. – Tu t'en souviens. Souffla-t-elle doucement en baissant le regard, prise d'une mélancolie qui lui compressait la gorge. Elle n'arrivait plus. Le regarder dans les yeux était insupportable. Elle lisait en lui comme dans un livre ouvert et voir autant de déception et de colère en lui contre celle qui autrefois était si chère à son cœur lui lacérait l'estomac. La jeune femme n'avait jamais été douée pour ça. Elle n'aimait pas les conflits, les fuyait comme la peste. Mais aujourd'hui, Rosie semblait prise au piège. Et dire quelque chose de censé devenait impossible tant elle se sentait troublée. – Tu te rappelles, la dernière fois ? Merde. A peine avait-elle ouvert la bouche qu'elle le regrettait déjà. Pourtant, son corps ne semblait plus écouter sa tête. – Il faisait aussi ce temps et on avait quand même fini à l'eau. La photographe lâcha un petit rire, maladroite. Un sourire vint se dessiner sur son visage fermé qui s'illumina quelques instants d'une lueur de joie. Elle repensait à cette fameuse journée. Une journée pluvieuse où ils avaient décidés de contrer le temps et d'aller faire ce pic-nique quelque soient les conditions, comme promis. Ils s'étaient même baignés sur un coup de folie et avaient attrapé un rhume qui les garda enfermés tous les deux plus d'une semaine. Une semaine passée sous la couette à manger des soupes, à rire et regarder des films. La meilleure semaine de sa vie. Ce souvenir, elle y tenait beaucoup et il n'avait jamais quitté son esprit. Le voir sourire, c'était ça qui lui manquait. Elle en avait besoin. Elle avait besoin de se dire qu'elle n'était pas celle qui lui avait enlevé toute joie de vivre. Hésitante, la demoiselle plongea son regard dans le sien, dans l'espoir d'y déceler une once de mélancolie. Une lueur qui effacerait l'espace d'un instant ce visage en colère qui lui faisait si mal.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: - gracious goes the ghost of you. (w/darcy)   

Revenir en haut Aller en bas
 
- gracious goes the ghost of you. (w/darcy)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DWOTG :: - ADMINISTRATION - :: sujets de rp-
¦ Pré-liens libres ¦
Ci-dessous, vous trouverez une liste de liens créés par nos membres activement recherchés.