AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 you seek yourself in another way (w/ mayes)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar

Posts : 48
Pseudo : noémie
Id card : sophie turner (belispeak)
Inscription : 26/09/2016
Age : twenty
Civil status : single
Job|Studies + $ : cultural mediator in a museum
Playlist : she's a sensation (ramones); every breath you take (the police); I walk the line (halsey); the passenger (iggy pop); touch (shura)

(we're just a box of souvenirs)
Address: #0000, road | district
Relationships:
Rp availability:
MessageSujet: Re: you seek yourself in another way (w/ mayes)   Dim 9 Oct - 22:07

Elle n’était clairement pas sûre d’avoir vu pire. Ce n’était pas tant que l’appartement d’Ollie était dans un état affligeant – même si, clairement, il était dans un état affligeant – mais plutôt que les rares demeures autres que la sienne qu’elle avait pu à l’occasion visiter étaient d’un niveau d’impeccabilité que seules pouvaient atteindre les personnes qui avaient leur existence bien en main – et les moyens de payer quelqu’un pour s’occuper du ménage à leur place. Alors bien sûr, bien sûr qu’elle eut envie de rire à peine eut-elle prétendu avoir vu pire. Bien sûr que la mine déconfite d’Oliver ne fit rien pour apaiser l’hilarité qui menaçait de se saisir d’elle à tout instant. Pourtant, elle se retint, se contenta de pincer ses lèvres en une fine ligne pour retenir ses pouffements, et, sans cesser de scruter le fouillis environnant – qui avait quelque chose de fascinant, elle le reconnaissait volontiers – elle fit ce qu’il lui enjoignait de faire, et se mit à l’aise. Elle enleva ses chaussures et les déposa avec soin contre le mur près de la porte, et elle garda bien obstinément son pull qui, bien que vieux et passablement laid, lui restituait un semblant de chaleur que l’extérieur lui avait cruellement dérobée. Elle ne se sentit pas tellement plus à l’aise, pourtant. Au contraire, même, elle se retrouva bien vite droite comme un i en plein milieu de la minuscule pièce, les bras croisés nerveusement contre sa poitrine tandis qu’elle regardait Oliver s’agiter dans tous les sens et tentait de l’écouter déblatérer excuses et instructions à suivre. Elle avait un peu envie de lui proposer de l’aider à ranger l’appartement, mais cela aurait été sans doute très impoli, et aurait en plus voulu dire qu’elle reconnaissait que la pièce était dans un état alarmant. Et puis, au moment-même où le jeune homme le lui fit remarquer, son cerveau se rendit compte qu’il n’y avait aucun canapé. Il y eut dans son esprit un moment de blanc, durant lequel il ne se passa rien, durant lequel elle fixa un peu stupidement le lit qu’on lui imposait, durant lequel elle se dit qu’elle avait très probablement compris quelque chose de travers. Il lui était un peu compliqué d’identifier exactement ce qu’elle avait compris de travers, car l’ordinateur allumé dans un coin et la bouilloire ronronnant dans un autre ne coïncidaient guère avec l’image mentale qu’elle se faisait du type d’activités auxquelles s’adonnait présentement son propre frère. Il ne lui fallut pas longtemps pour chasser de son esprit cette pensée sordide. Il s’agissait d’Oliver, grand Dieu. Si elle n’avait pas su qu’il avait eu au moins une relation sérieuse dans sa vie, elle aurait bien été foutue de se demander s’il n’était pas encore plus chaste qu’elle. Et voilà qu’elle osait nourrir un instant l’idée dépravée qu’il puisse vouloir… Non. Un peu déboussolée mais pas exactement paniquée, elle se dirigea finalement vers le lit, et s’assit tout au bord en serrant plus étroitement encore ses bras contre son corps. « Aucun problème, » mentit-elle sans la moindre hésitation, avant de poursuivre. « Pour le film, j’ai lancé ça comme ça, on peut tout autant regarder Le Monde de Nemo, hein. » Il y avait moins de situations sexuelles dans Nemo.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Posts : 23
Pseudo : Sarah / H.
Id card : Dan Smith
Inscription : 26/09/2016
Age : twenty-eight.
Civil status : single
Job|Studies + $ : barista at starbucks the day, singer-composer the night
Playlist : regina spektor, samson | frank ocean,nikes | years and years, memo | vance joyce, riptide | the fugees, killing me softly | radiohead, no surprises | oasis, champgne supernova | two doors cinema club, bacon | banks, brain | chet faker gold

(we're just a box of souvenirs)
Address: #0000, road | district
Relationships:
Rp availability:
MessageSujet: Re: you seek yourself in another way (w/ mayes)   Mar 11 Oct - 16:07

Ollie s’agitait, trifouillait, rangeait aussi vite qu’il pouvait. Il était comme électrifié, tentant vainement de faire disparaitre le capharnaüm qui cohabitait dans son appartement depuis des jours –ou était-ce dans sa vie? Alors que Mayella était d’une discrétion sans égale, le jeune homme semblait monté sur ressors et passait d’un coin à l’autre de la pièce, arrangeant ce qui pouvait être arrangé. Il savait que Mayes lui avait menti quand elle avait dit qu’elle avait vu pire, mais il ne lui en tint pas rigueur. Cela partait d’un bon sentiment. Mais les choses se compliquèrent. Si le désordre ne semblait pas être un problème, l’absence de canapé paraissait toutefois épineuse. Il regarda Mayella traiter l’information, tout en s’occupant les mains avec les tasses de thé qu’il préparait. Son regard passa de la pièce au lit, du lit à la pièce sans qu’elle ne dit rien pendant plusieurs minutes. Si elle semblait perplexe, la panique n’avait pas fait d’apparition soudaine sur ses traits et Oliver s’en trouva inconsciemment soulagé. La facon maladroite qu’il avait eu d’amener le sujet n’avait fait qu’accroitre la tension dans ses épaules et sa nuque, mais d’observer Mayes s’asseoir délicatement tout au bord du lit le rasséréna un peu. - Aucun problème, Répondit-elle finalement, perchée sur le lit, les mains posées sur ses genoux. - Pour le film, j’ai lancé ça comme ça, on peut tout autant regarder Le Monde de Nemo, hein. Cette dernière lui arracha un rire inattendu. Il se retourna, les deux tasses de thé dans les mains et s’approcha du lit. – Tu ne veux finalement plus partager ta passion pour Marlon avec moi? Il sortit la carte des yeux de chien battu pour quelques secondes puis afficha un sourire malicieux. Il tendit la tasse à la jeune femme et posa la sienne sur une étagère encombrée. – Du lait, du sucre ? demanda t-il tout en retournant à l’espace cuisine. – Tu sais, peu m’importe le film. Si tu préfères le Monde de Nemo, va pour le Monde de Nemo. Il se demanda ce qui avait engendré ce changement de film et puis il repensa au lit. Mayella était bel et bien gênée de se retrouver sur ce lit en sa compagnie. La tension fit une apparition soudaine et douloureuse dans son buste mais Ollie ne se départit pas de son sourire. Il ne voulait pas la mettre plus mal à l’aise qu’elle ne l’était déjà. Alors le jeune homme décida de passer à un sujet plus léger mais surtout sans rapport avec ce fichu lit. – Tu n’as pas froid? Je peux te prêter un sweat, voire mettre du chauffage. Il s’assit à ses côtés, laissant une distance raisonnable entre leur deux corps et se saisit de l’ordinateur afin de charger un film.

_________________

/you make me laugh until i die, can you think of any better way to choke?/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Posts : 48
Pseudo : noémie
Id card : sophie turner (belispeak)
Inscription : 26/09/2016
Age : twenty
Civil status : single
Job|Studies + $ : cultural mediator in a museum
Playlist : she's a sensation (ramones); every breath you take (the police); I walk the line (halsey); the passenger (iggy pop); touch (shura)

(we're just a box of souvenirs)
Address: #0000, road | district
Relationships:
Rp availability:
MessageSujet: Re: you seek yourself in another way (w/ mayes)   Mar 18 Oct - 20:02

Mayes comprit bien vite qu’elle avait eu tort de s’imaginer ne serait-ce qu’un instant qu’Oliver Prewett puisse nourrir à son égard des intentions qui ne relevaient plus exactement de la compassion polie. C’était, paradoxalement, à la fois un soulagement et la source d’une certaine frustration. Mais elle n’avait aucune envie de prendre le temps de se demander d’où venait cette frustration, alors elle s’appliqua à répliquer à la boutade sur Brando – l’omniprésence de cet homme dans leur soirée devenait presque dérangeante. « C’est pas toi qui aurais le béguin pour lui ? Vu qu’il ne sort visiblement pas de ton esprit… » Elle tenta un clin d’oeil espiègle qui rejoignit bien vite la catégorie des grimaces pitoyables lorsqu’elle croisa le regard attendrissant qu’Ollie lui lança – il fallait qu’il lui apprenne ce truc. Elle s’empara de la tasse qu’il lui tendait, dans l’espoir de se donner une contenance, et alla même jusqu’à s’asseoir en tailleur sur le lit dans sa volonté de passer à autre chose. D’un bref signe de tête, elle lui indiqua qu’elle ne désirait ni lait, ni sucre, même si elle désirait un peu des deux. Mais il s’agitait tellement autour d’elle qu’il lui donnait presque le tournis, et elle n’avait plus qu’une envie dans ce désastre qu’était sa soirée : se poser tranquillement et oublier. Elle avait envie de le lui faire savoir, mais déjà qu’elle faisait le parasite – sans trop savoir pourquoi – elle ne pouvait pas en plus se permettre d’exiger de son hôte qu’il se plie à ses exigences. Elle ne savait pas d’où provenait l’agitation du jeune homme, et ça commençait à l’inquiéter un peu. Peut-être se disait-il que c’était elle qui espérait obtenir une quelconque gratification sexuelle dans cette affaire, vu comme elle s’était empressée de rejoindre ce foutu lit. Oh doux Jésus. Et voilà qu’il cherchait à la recouvrir de tout un tas de vêtements, comme s’il n’était déjà pas suffisamment clair qu’il éprouvait envers elle tout au plus de l’indifférence. Il fallait très clairement qu’elle fasse quelque chose à ce stade de la soirée, parce qu’elle avait encore bien trop froid aux extrémités et aux non-extrémités pour rentrer chez elle à pied en pleine nuit. Et puis elle avait envie de le voir, maintenant, le Marlon. « Pitié, Oliver, détends-toi, ce n’est que moi. » Même maintenant qu’il était assis, elle le sentait hyper-conscient de tout ce qui se passait, et ça lui tapait sur le système parce qu’elle même était hyper-consciente de tout ce qui se passait, et deux hyper-conscients dans la même pièce ne débouchaient jamais sur rien de bon. « Marlon me convient, le thé me convient, la température me convient, tout va bien. » Pour appuyer ses propos, elle prit une gorgée de thé qui lui brûla la langue, puis la gorge, puis les joues lorsqu’elle s’efforça de dissimuler sa souffrance en gardant la bouche solidement fermée. Quand, enfin, elle eut l’impression qu’il se décidait à lancer un foutu film – à ce stade elle se moquait duquel c’était – elle permit à son corps de se détendre – un peu, pas trop.

_________________


Dernière édition par Mayella Milburn le Mer 2 Nov - 18:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Posts : 23
Pseudo : Sarah / H.
Id card : Dan Smith
Inscription : 26/09/2016
Age : twenty-eight.
Civil status : single
Job|Studies + $ : barista at starbucks the day, singer-composer the night
Playlist : regina spektor, samson | frank ocean,nikes | years and years, memo | vance joyce, riptide | the fugees, killing me softly | radiohead, no surprises | oasis, champgne supernova | two doors cinema club, bacon | banks, brain | chet faker gold

(we're just a box of souvenirs)
Address: #0000, road | district
Relationships:
Rp availability:
MessageSujet: Re: you seek yourself in another way (w/ mayes)   Dim 23 Oct - 6:15

Oliver était si étrangement tendu qu’il ne pouvait s’empêcher de continuer cette blague stupide sur Brando. Mais qu’est ce qui lui prenait bon sang ?! Oliver se passa nerveusement une main dans les cheveux. Il devait se détendre. Il finit donc de confectionner les tasses de thé alors que la jeune femme lui faisait remarquer son manque de subtilité avec sa boutade récurrente. Il lui sourit,  une énième pointe de gêne s’infiltrant sournoisement dans son esprit. Ce ne fut que lorsqu’elle lui ordonna de se détendre qu’Oliver se plia à son exigence et tenta de se poser. Il s’assit à côté d’elle, se saisit du PC et commença la recherche du film. Si elle allait bien, il allait bien, et en l’occurrence la rouquine à ses cotés semblait trouver doucement ses repères. Se concentrer sur la recherche du film l’aida à se libérer de son hypersensibilité envers cette toute nouvelle situation. La sentir se détendre très légèrement alors qu’enfin il avait cessé toute démonstration d’hyperactivité participa aussi à sa propre détente. Quand il le trouva finalement, il enleva ses chaussures sans même prendre le temps d’enlever les lacets et se déplaça vers le côté du mur pour se positionner à moitié assis, à moitié allongé sur le lit, l’ordinateur sur les cuisses. Il fit un petit signe à Mayella de s’approcher. – Ca sera plus confortable, se justifia-t-il. Une fois la jeune femme confortablement installée, il lança finalement le tant attendu film. Pendant ce qui lui sembla être une éternité il ne parvint pas à se concentrer, bien qu’il n’en laissa rien paraître. Il n’aurait su l’expliquer mais le moindre bruit –même quasi inexistant- le moindre minuscule mouvement autour de le perturbaient dans sa tentative de visionnage. Et puis il y avait la présence de Mayella, sa respiration égale, une mèche de cheveux qui caressait son bras, leurs épaules l’une contre l’autre. L’agitation avait disparu pour laisser place à une certaine fascination pour la jeune femme. Il était bien en sa présence mais ne pouvait s’empêcher de se répéter que tout ceci était mal. Que dirait Hoyt ? Oliver se réconforta en se rappelant qu’après tout il connaissait Mayes depuis sa naissance, qu’en aucun cas il se permettrait d’instaurer une quelconque ambiguïté. Il jeta un coup d’œil au visage de la jolie rousse. Elle fixait avec attention l’écran le visage impassible face à la brusquerie de Brando. Elle était belle c’était indéniable mais n’en semblait absolument pas consciente. Elle sursauta soudainement alors que l’homme à l’écran  laissait exploser sa colère. Impulsivement, Oliver se saisit de sa main et reporta tout aussi rapidement son attention sur l’ordinateur.

_________________

/you make me laugh until i die, can you think of any better way to choke?/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Posts : 48
Pseudo : noémie
Id card : sophie turner (belispeak)
Inscription : 26/09/2016
Age : twenty
Civil status : single
Job|Studies + $ : cultural mediator in a museum
Playlist : she's a sensation (ramones); every breath you take (the police); I walk the line (halsey); the passenger (iggy pop); touch (shura)

(we're just a box of souvenirs)
Address: #0000, road | district
Relationships:
Rp availability:
MessageSujet: Re: you seek yourself in another way (w/ mayes)   Mer 2 Nov - 19:00

Plus les minutes passaient, et plus elle sentait son corps se détendre. Pour ce qui était ce son esprit, c’était une tout autre histoire, cependant. Elle vint s’installer à côté d’Ollie, sans hésiter cette fois-ci, sa tasse de thé solidement enfermée entre ses doigts. Même si elle était désormais moins angoissée, elle éprouvait une certaine agitation qui n’était sans doute pas sans lien avec le fait que c’était la première fois qu’ils regardaient un film ailleurs qu’au cinéma. Ou peut-être avait-elle juste hâte de passer un moment avec Marlon Brando. Ce qui n’était en fait pas le cas, réalisa-t-elle à mesure que le film défilait devant ses yeux, car Stanley Kowalski la foutait franchement mal à l’aise. Elle avait oublié – ou peut-être ne l’avait-elle jamais remarquée jusqu’alors – la violence de ce personnage qui, si elle suscitait une certaine fascination chez la jeune femme, ne lui en filait pas moins les chocottes. C’était apparemment plus manifeste qu’elle le pensait car voilà qu’au tournant d’une exaspérante beuglante, elle sentit la main d’Oliver se saisir à nouveau de la sienne. Et elle ne s’en plaignit pas. Non, elle préféra même se vautrer dans le réconfort que ce tout petit insignifiant geste lui procurait, et alla jusqu’à poser sa tête sur l’épaule du jeune homme, presque sans la moindre honte. Elle ne trouva en fait pas grand chose de déplacé dans son geste, puisque c’était sur la personne qui avait séché ses larmes de crocodiles plus d’une fois après une chute à vélo qu’elle s’appuyait présentement. Pas vrai ? Et elle serait bien restée ainsi quelques millénaires de plus, si elle n’avait pas soudainement senti son vieux téléphone délabré vibrer dans la poche de son pantalon. Dans un sursaut monumental, elle s’écarta du corps d’Ollie, lâcha sa main, renversa du thé un peu partout sur ses propres vêtements, et se saisit fébrilement de l’appareil, qui vibrait toujours allègrement. Elle regarda, bouche bée, le nom qui s’affichait sur l’écran. Hoyt. Il ne l’avait finalement peut-être pas complètement oubliée. Il devait se demander où elle était, s’inquiéter peut-être, vouloir entendre sa voix pour s’assurer qu’elle allait bien… Hmm. Elle vit du coin de l’oeil Ollie esquisser un geste pour mettre le film en pause – ou s’éloigner pour qu’elle puisse téléphoner tranquillement, ou quelque chose du genre – mais elle l’arrêta d’un geste de la main. Elle n’avait pas envie de lui expliquer que sa gorge se serrait de ressentiment à l’idée d’avoir à adresser la parole à Hoyt. Pas plus qu’elle n’avait envie de lui expliquer qu’elle voulait passer la soirée avec lui plutôt qu’avec son crétin de frère, parce que lui au moins était là – toujours – et sans doute pour tout un tas d’autres raisons qu’elle enfouit rapidement sous une gorgée de thé. Alors plutôt que d’expliquer quoi que ce soit, elle posa son téléphone sur le lit, loin d’elle, après l’avoir mis en silencieux, et ne lui accorda plus un regard. Sa tête regagna presque innocemment sa place contre l’épaule d’Ollie, mais il lui fallut quelques instants avant de parvenir à se concentrer à nouveau sur ce que ce crétin de Stanley s’obstinait à dire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Posts : 23
Pseudo : Sarah / H.
Id card : Dan Smith
Inscription : 26/09/2016
Age : twenty-eight.
Civil status : single
Job|Studies + $ : barista at starbucks the day, singer-composer the night
Playlist : regina spektor, samson | frank ocean,nikes | years and years, memo | vance joyce, riptide | the fugees, killing me softly | radiohead, no surprises | oasis, champgne supernova | two doors cinema club, bacon | banks, brain | chet faker gold

(we're just a box of souvenirs)
Address: #0000, road | district
Relationships:
Rp availability:
MessageSujet: Re: you seek yourself in another way (w/ mayes)   Mer 2 Nov - 22:18

Oliver ne prêtait guère attention au film. Tout semblait le distraire. Et particulièrement sa proximité avec Mayella. Mais ce n’était étrangement pas la gene ou la tension qui l’habitaient, seulement une fascination pour ce corps contre le sien, cette main qui ne s’était pas enfuie lorsqu’il s’en était saisi, cette épaule plus détendue contre la sienne et ce visage qui vint spontanément trouver sa place contre sa proper épaule. Alors non, Oliver Prewett se trouvait dans l’incapacité de se concentrer sur les beuglements de Stanley ni même sur la folie guettante de Vivien Leigh. Mayes occupait chaque parcelle de son cerveau. Néanmoins, la tension avait étonnament quitté son corps et la chaleur du corps de Mayes avait gagné le jeune homme qui se laissait volontiers aller à ce contact. Il aurait aimé poser sa joue contre le crâne de la jolie rousse mais s’abstint, sa timidité prenant le dessus. Il resserra toutefois inconsciemment la prise de sa main à plusieurs reprises autour de celle de la jeune femme. Il laissa aller son épaule contre celle de la jeune femme, s’installa confortablement devant le film qu’il ne suivait qu’à moitié. Et alors qu’il commençait enfin à rentrer dans le film une vibration les surprit tous les deux. Il observa du coin de l’oeil Mayella quelque peu paniquer, tentant de trouver le portable afin d’en couper la vibration incessante. Le thé se trouva renversé dans la quête de la machine démoniaque. La main de la jeune femme avait quitté celle d’Ollie. Le jeune homme esquissa un mouvement vers l’ordinateur afin de mettre sur pause le film alors qu’il observait du coin de l’oeil Mayes se saisir de son telephone. Elle sembla hésiter un instant mais fini par appuyer vigoureusement sur son clavier et ranger ledit portable. – Tout va bien? S’enquit Oliver avant de lancer à nouveau le film. La jeune femme reposa son visage contre son épaule, ce qui eut le don de le rassurer sans pouvoir l’expliquer. Dans un geste qui se voulait rassurant, il gigota, extirpa son bras de sa place initiale entre sa cage thoracique et le bras de la jeune femme, puis l’entoura autour des épaules de la jeune femme et la tint tout près de lui. – N’hésite pas si tu as besoin que je te ramène, soufflé-t-il par dessus les cris de Marlon. Ou tu peux dormir ici, ajouta Ollie d’une voix à peine audible. Il avait envie qu’elle reste mais se rendait bien compte de l’aspect inappoprié de sa demande.

_________________

/you make me laugh until i die, can you think of any better way to choke?/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Posts : 48
Pseudo : noémie
Id card : sophie turner (belispeak)
Inscription : 26/09/2016
Age : twenty
Civil status : single
Job|Studies + $ : cultural mediator in a museum
Playlist : she's a sensation (ramones); every breath you take (the police); I walk the line (halsey); the passenger (iggy pop); touch (shura)

(we're just a box of souvenirs)
Address: #0000, road | district
Relationships:
Rp availability:
MessageSujet: Re: you seek yourself in another way (w/ mayes)   Jeu 3 Nov - 22:05

« Tout va bien, » se contenta-t-elle de répondre à la question d’Oliver. Elle avait cru pendant quelques instants qu’il avait vu qui tentait de la joindre, mais il semblait que non. Elle hésita à lui dire que c’était Hoyt, mais se ravisa lorsqu’il lui vint à l’esprit qu’il la foutrait peut-être dehors et l’expédierait chez son frère s’il venait à apprendre que ce dernier se souvenait de son existence. Car il ne fallait tout de même pas oublier qu’il s’agissait là d’une séance de babysitting – aussi plaisante fût-elle. Elle se ravisa donc, et se pressa à nouveau contre Ollie, de plus en plus confortablement, et de plus en plus éhontément. Elle le regretta assez rapidement, cependant, et davantage encore lorsqu’elle sentit le bras du jeune homme s’enrouler autour d’elle, car le thé qu’elle avait propulsé avec enthousiasme sur ses vêtements avait désormais bien imbibé son pull, et elle en sentait la désagréable moiteur contre sa peau. Elle ne dit rien, cependant, bien sûr qu’elle ne dit rien, et se trémoussa légèrement pour essayer de décoller le tissu de son épiderme afin de l’épargner du froid. Elle craignait cependant que l’humidité atteigne à leur tour les vêtements de son hôte, et s’apprêtait d’ailleurs à lui demander – non sans embarras – si le prêt de sweat était toujours envisageable lorsqu’il lui proposa, au détour d’un étalage de virilité marlonienne, de rester pour la nuit. La proposition était alléchante pour plusieurs raisons. 1) Elle n’avait pas la moindre envie de retourner dans cette grande maison vide et lugubre qui l’attendait du côté des familles parfaites. 2) Elle était fatiguée. 3) Elle était fatiguée et avait trouvé un bon oreiller. Mais elle ne pouvait pas accepter la proposition pour presque autant de raisons. 1) Elle devait retourner dans cette grande maison vide et lugubre qui l’attendait du côté des familles parfaites. 2) Elle ne pouvait pas se permettre d’abuser de l’hospitalité d’Oliver, surtout quand la culpabilité à l’idée de lui cacher que Hoyt avait tenté de la joindre se faisait de plus en plus mordante. « C’est Hoyt qui a essayé de me joindre, » murmura-t-elle finalement comme si elle avouait avoir commis un meurtre. « Il doit être disponible, maintenant, je suppose, » poursuivit-elle avec une certaine amertume et la sensation qu’il n’était pas très juste de lâcher Oliver comme s’il n’avait rien été d’autre qu’un bouche-trou dans cette histoire. Et Dieu sait qu’elle savait exactement ce que c’est que d’être un bouche-trou. Et malgré cette amertume qui la rongeait, malgré cette sensation qui la dérangeait, elle se surprit elle-même lorsqu’elle se permit d’énoncer à voix haute une vérité qu’elle avait passé la soirée à ruminer sans s’en rendre compte. « J’ai pas envie de le voir. » J’ai envie de rester, voulut-elle ajouter, mais non.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Posts : 23
Pseudo : Sarah / H.
Id card : Dan Smith
Inscription : 26/09/2016
Age : twenty-eight.
Civil status : single
Job|Studies + $ : barista at starbucks the day, singer-composer the night
Playlist : regina spektor, samson | frank ocean,nikes | years and years, memo | vance joyce, riptide | the fugees, killing me softly | radiohead, no surprises | oasis, champgne supernova | two doors cinema club, bacon | banks, brain | chet faker gold

(we're just a box of souvenirs)
Address: #0000, road | district
Relationships:
Rp availability:
MessageSujet: Re: you seek yourself in another way (w/ mayes)   Ven 4 Nov - 22:50

Oliver crut un instant que cet appel inopportun briserait le moment, capturerait la jeune femme pour l’emmener loin de cette semie étreinte. Mais, à sa grande surprise, Mayella rangea l’appareil et vint récupérer sa place contre son épaule. Oliver laissa son corps s’enfoncer un peu plus dans les oreillers, laissant la relative chaleur du corps de Mayella le gagner. Il vint enrouler dans un geste qui se voulait assure son bras autour des épaules de la jeune femme et la rapprocha subrepticement tout contre lui. Il attendit sans un mot la réponse de la jeune femme quant à sa proposition de rester ou de la raccompagner, commençant à sérieusement se demander si cela n’avait pas été déplacé de lui faire une proposition pareille, mais Oliver se rassura en se répétant que cela était en tout bien tout honneur. Et puis après ce qui lui parut de très longue minute, Mayella répondit. Une réponse inattendue. - C’est Hoyt qui a essayé de me joindre… Un silence soudainement lourd s’installa entre eux, avec un Ollie bien incapable de répondre à une telle révélation. - Il doit être disponible, maintenant, je suppose… Oliver acquiesca d’un petit signe de tête, confus et un peu perdu quant à ce qu’il pouvait rétorquer a cela. – Je—hum, commença t-il a articular, tentant de se donner une contenance. Qu’est ce que cela pouvait bien signifier? Souhaitait-elle rentrer, rester, obtenir de l’aide de sa part, être raccompagnée? Autant de questions auxquelles le jeune homme n’avait pas de réponse mais qui embrouillaient son esprit. - J’ai pas envie de le voir. Finit-elle par conclure ce qui soulagea Oliver, qui prit l’initiative de lire entre les lignes. – Alors reste, souffla-t-il en resserrant l’étreinte de son bras autour de ses épaules. Il finit par appuyer sa joue contre le haut de son crâne et décida d’oublier Hoyt, de l’enfermer à double tours dans un coin de son esprit le temps du film. Il ne voulait ressentir ni culpabilité, ni honte. Mayes voulait rester, Oliver n’avait pas eu à insister, et rien de dépravé ni même déplacé n’était advenu. Oliver n’avait rien a se reprocher. Le film continua sans qu’aucun de d’eux ne reprennent la parole. A un moment, Oliver gigota et se permit de remonter la couette roulée en boule au bout du lit sur les jambes de la jeune femme. Son pull était toujours mouillé à cause du thé et le jeune homme avait le sentiment qu’elle n’avait pas osé un habit sec. Et alors qu’il la sentait tout aussi déconcentrée que lui, dans un geste sans doute encouragé par l’étreinte passionnée de Vivien et Marlon et influence par une spontanéité nouvelle, Oliver déposa un chaste baiser sur la tempe de Mayes.

_________________

/you make me laugh until i die, can you think of any better way to choke?/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: you seek yourself in another way (w/ mayes)   

Revenir en haut Aller en bas
 
you seek yourself in another way (w/ mayes)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» moteur de recherche hooseek
» METALLICA - LYON - HALLE TONY GARNIER - 23 Mai 2010
» Seek - 6 Dayz Of Torture [ Clip + Sortie Vinyl ][ SOLD OUT ]
» Chambre à Part (Lille)
» ASTRO - Hide And Seek

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DWOTG :: - ROSLINDALE - :: • nanthuket-
¦ Pré-liens libres ¦
Ci-dessous, vous trouverez une liste de liens créés par nos membres activement recherchés.